Tags

Related Posts

Share This

Ma révolution culturelle

Saison des poussières et de la pleine lune, journées de soleil et de révélations…

Un ouvrage, une mélodie, une lettre puis des personnes… qui par leur paroles, leurs regards et leurs contact m’ont marqué et m’ont fait chambardé cette pompe à sang qu’on appelle cœur.

Ils se sont adressé à moi, à mon tour de m’adresser à mon monde, à ma terre à ceux qui auront assez d’altruisme en eux pour me lire.

En ces temps d’agitation, où se confronte ma génération de soldats, je me retrouve sur un champ de bataille où je fus partisane et combattante ardue.. N’ayant plus de souffle, je reviens deux pas en arrière,  le temps de respirer et de prendre du recul. Mais  que fût désolant et triste mon constat… Une guerre acharnée, où le bras de fer est de mise.

De partout des messages et des idées affluent, mais tels des facteurs flemmards aucun message n’arrive à destination…

Maroc, bercail doux et violent, tu bouillonnes d’énergies, de talents et de sagesse, nous te rendons très mal ton histoire, on faillit à notre devoir de reconnaissance.

Une idée, un rêve tout simple, et j’y crois jusqu’à en imaginer la petite tortue  trainant sa carapace peinte par une âme pleine d’espoir.

Une ouverture, un exutoire, un espace d’échange et de partage…Un loft, un garage en ruine à qui on donnera une vie par la touche et l’empreinte de tout un passant.

Une cantine des ardus de culture, de partage et d’expression cherchant des espaces et des récepteurs de leurs énergies.

L’espace sera aménagé, imaginé et vu par des jeunes qui s’y seront identifiés.

Le but étant de créer un cercle, une communauté faite de personnes désirant donner, transmettre , voulant tendre une perche et laisser une consigne, ou tout simplement,   jeter une bouteille dans la mer pour qu’elle fasse un jour le bonheur d’une autre personne.

Le principe consiste en un espace d’expression, des murs à visage découverts pour écrire une histoire qui survivra tant qu’elle sera nourrie de culture.

Le cercle invitera des artistes, des écrivains ou poètes désirant offrir une orchidée à ce Maroc et à sa jeunesse.

Toute personne de passage laissera un message, et son empreinte sur ce lieu, peu importe la forme le message sera accepté et exposé.

Dans l’espace sera aménagée une petite scène pour chanter un poème ou danser une symphonie, et où se produiront les invités de la communauté.

La terrasse, de terre et de cactus ornée, sera un mur de projections de films et documentaires proposés par le cercle, ce dernier n’acceptera que ceux porteurs de messages et créant débat.

Et en hauteur sera sculptée et imaginée une pleine lune pour rappeler à tous ceux qui ont la tête dans les étoiles la nécessité de vivre l’amour.

Sur un autre mur sera dessinée une carte du monde, et chaque mois on mettra en avant un continent puis un pays où  chacun sera invité à en discuter, pour avoir découvert le lieu en voyageant ou en l’ayant connu autrement, mais l’objectif serait de présenter autre chose que ce qui est abusivement médiatisé, une marche contre le vent pour montrer tout ce qu’ils veulent nous cacher.

Toutefois, Mama Africa sera mise en avant, nous donneront face à ce beau continent, puisque pendant très longtemps nous lui avons tourné le dos, nous le porterons dans notre cœur, pour être notre catalyseur d’énergies.

Chaque table sera baptisée au nom d’un écrivain maghrébin ou africain, et sera faite d’écriteaux et de post-it, faits de pensées et dictons de ce dernier, notre terrorisme sera poétique !

Notre jeunesse a besoin de se rencontrer pour mieux se comprendre, de se connaitre pour mieux débattre, notre espace leur sera ouvert en toute liberté pour discuter, partager et surtout respecter la différence.

Mon pays, ma terre vous avez été abandonné, je vous redonnerai un souffle qui s’insufflera telle une brise matinale pour faire circuler l’espoir, je ne faillirai pas à mon devoir de faire connaitre ton histoire, ton combat et tes hommes qui appellent d’outre tombe notre action.

A vous qui avez toujours cherché le moyen de vous adresser à nous, je vous propose mon concept, fait par et pour des âmes libres, pour combattre l’extrémisme qui nous guette.

Car je crois dur comme Roc qu’on ne saura avancer que si on sait et comprends d’où l’on vient.

Ma révolution culturelle je la ferai, la concevrai et réaliserai avec des braves pour qu’en profite ma jeunesse ; je ne laisserai pas ma culture finir en un cimetière glorieux qui ornera les étagères des bibliothèques mais je la ferais parfum d’instants de bonheur.

Et à tout ceux qui aspirent à une marche contre le courant, mettons la main dans la main et défiant la force qui nous fait avancer vers l’arrière.

 

Par Jihane Jaouhari