Bassima : parle pour toi! Mai24

Tags

Related Posts

Share This

Bassima : parle pour toi!

Bassima, j’avais besoin de me raconter et de le dire, c’est comme une thérapie : « Bassima, tu m’énerves ! tu m’énerves ! tu m’énerves ! »

Ce n’est pas faute d’avoir essayé, je te promets, j’ai essayé de comprendre, de déchiffrer, de te donner une seconde chance pour que tu t’expliques, que tu te rattrapes. Mais à chaque fois que tu t’affiches, tu t’enfonces, tu t’enfonces tellement que pour arriver à t’atteindre, il faudrait des cours de plongée et un scaphandrier !

Bassima, j’avais déjà rompu avec toi depuis la première bourde :

« une fille de 13 ans, paraît-il, est mariable si elle a un corps de femme ! »

Ayant eu mes règles très tôt, et le corps de femme qui va avec, je peux te dire qu’à treize ans, sous l’apparence « lolita », on a toujours le cœur et l’esprit d’une enfant. Ce corps qui nous échappe est déjà un drame en soi, il nous limite, vole d’une certaine manière nos plaisirs d’enfant, avec les regards libidineux du voisin de pallier de « moul piceri », de notre crétin de camarade et de quelques professeurs… on nous confisque notre enfance et notre innocence d’un seul coup. Alors un mariage reviendrait simplement à « assassiner » l’enfant en nous pour toujours. Quel horrible crime !

Puis, je me suis dite que : bon, on dérape tous à un moment de notre vie, notre pensée peut nous dépasser, ou être mal formulée ou mal comprise, allez ! J’attends une autre sortie médiatique ou une déclaration qui rattrapera la bévue.
Et là, le coup de massue, la déclaration surannée et surréaliste qui fait que ma rupture avec toi est définitivement consommée :

« il paraît, que marier une violée à son violeur ne porte pas forcément préjudice à la violée !!!! »

QUOI ???!!!!

Dans quel registre ? dans quelles conditions ? dans quelles circonstances ? j’aimerai savoir, quand ? comment ? une violée pourrait trouver bénéfique d’épouser son violeur et perpétuer le viol à l’infini ?!

On reconnaît la touche de la psychologue qui a l’air de maîtriser le sujet !

Ah oui, tu dis que non, c’était au fait par rapport au détournement de mineures ?? c’est piiiiiiiiiiiire ! c’est un double crime !

Puis la dernière perle en date, il y a si peu, où tu déclares ouvertement et sans complexes, comme ça de but en blanc, à la télé, face à des milliers de téléspectateurs que (je te cite) : « ce n’est pas la société civile qui va me dicter ma conduite ! »… là on reconnaît la politicienne qui maîtrise le sujet !

Ah bon ? je pensais naïvement que si, justement ! ce sont ces gens qui sont « la société civile » dénigrée qui t’ont porté jusqu’à ce siège (éjectable, je te le précise, au cas où tu aurais des illusions à ce propos) pour servir leurs intérêts, et non pour régner, n’est ce pas ?

Bon ben, tu sais quoi Bassima : tu as l’air de t’en foutre de nous « la société civile », de t’en foutre des femmes que tu es censée représenter (dont moi malheureusement), eh bien je m’en fous de toi aussi !

Juste, du moment que tu as l’air de ne représenter que toi-même, dorénavant, parle pour toi, et laisse les femmes et les familles en dehors de tout ça, ils ont assez d’emmerdes sans que tu en mettes une couche !

Tu ne me représentes pas, je ne te connais pas, et vivement les prochains remaniements ou élections.

Mince ! Encore cinq ans à ramer et à se farcir des discours d’un autre âge !

Jusque là, si tu pouvais t’abstenir de blabla, ce serait tout en ta faveur.

Bassima, toi et moi c’est fini, salina salina !

 

Par IMANE HADOUCHE