Tags

Related Posts

Share This

Et s’il existait vraiment?

Je suis cette femme enfant qui a réglé tous ses soucis psychologiques, y compris ceux de son horloge biologique, puisque j’ai un magnifique bébé de 3 ans, je me suis séparée de son père quand j’étais enceinte de 4 mois et nous ne sommes jamais aussi bien entendus que depuis le divorce.

Je suis cette femme enfant qui peut s’offrir tout ce qu’elle veut, et qui de toute façon n’a pas besoin de grand-chose (de matériel en tout cas), qui a appris à changer ses joints de robinet toute seule, qui fait de la Zumba trois fois par semaine pour pouvoir se passer de muscles masculins au quotidien, qui n’a pas forcément besoin d’une présence 24h/24 pour la rassurer sur sa capacité de séduction, qui a des amis pour la faire rire et s’inquiéter pour elle, qui fait ses courses toute seule ou se fait livrer, qui est entourée par sa famille et totalement comblée par une vie professionnelle stimulante, qui plaît, séduit (en tout cas pour le moment), qui n’a aucune pression familiale du genre  « ewa imta ghadi tjouwji ? » (alors tu te maries quand?) ou du style  » Ewa ouldek khessou chi rajel f ddar » (ton fils a besoin d’un homme à la maison), bref une femme de 36 ans qui est parfaitement heureuse, comblée et épanouie ….

Et pourtant,  il manque quelqu’un… quand elle se sent fragile et qu’elle a peur. Il manque quelqu’un quand elle est heureuse et a envie de le dire (pas forcement avec des mots), quand elle a envie de sentir un parfum masculin sur son oreiller, quand elle a besoin de se sentir en sécurité dans ses bras… ou tout simplement le regarder cuisiner pour elle et l’écouter lui raconter sa journée en se disant… c’est LUI… oui il manque quelqu’un… C’est LUI qui lui donnera envie de passer des heures sur une plage en perdant toute notion de ce qu’il l’entoure, ou d’échanger des sms pendant des heures comme des adolescents et ne rien trouver de ridicule à faire ça. C’est LUI qui pourra lui rendre accessible cette sérénité après laquelle tout le monde court…

Oui, je suis marocaine, oui je suis indépendante, oui je suis une mère qui élève seule son enfant… Et oui, je ne veux pas de vie conjugale médiocre (sinon je serais restée avec le père de mon fils), oui je veux être totalement épanouie dans mon couple, parce que c’est le seule moyen de rendre heureux mon fils et parce qu’on ne vit qu’une seule fois, autant bien le faire.

Je fais peur aux hommes par autant d’indépendance et de certitude, ou parce que je n’ai pas besoin d’eux dans le sens « marocain du terme » et que je les repousse, parce que je n’ai pas peur d’eux. Je fais peur aux hommes parce qu’ils savent que des erreurs  : oui, des excès : non. Je fais peur aux hommes parce que je ne suis pas obsédée par le mariage.  Et pourtant je les attire, je les dérange, je les titille, je leur réponds, je les fais rire, je les séduis. Mais LUI ce n’est aucun d’entre eux…

Lui, il arrivera à me faire dépendre de ses mots, de ses gestes, LUI arrivera à combler ce vide que je ressens parfois même par son silence, LUI c’est juste un homme qui n’est pas lâche, qui arrive à voir la femme en moi et pas juste la maitresse, la mère, la cuisinière ou la femme de ménage, qui a cette grandeur d’âme qui calme ma colère quand je suis en colère, qui rend la monotonie et l’ennuie appréciables, qui fait semblant de ne pas voir mes bassesses quand je m’en rends coupable, ou mes maladresses avec sa mère ou sa sœur, qui trouve le moyen de me dire l’insupportable sans me blesser… LUI c’est mon égal émotionnel, celui qui cherche la même chose que moi en même temps que moi, qui ne se plaint pas du matin au soir pour des choses pour lesquelles on y peut absolument rien…

LUI c’est celui qui me fera adorer voir des vêtements d’hommes traîner partout dans la maison, qui me fera penser que les ronflements qui durent toute la nuit et qui réveillent les morts ont un côté sexy. C’est celui à qui je ne pose la question :  »chéri, est ce que tu me trouves grosse ? » que deux fois par an, et  quand ses yeux s’attardent quelques secondes de trop sur les fesses de la jolie brune qui passe, je trouverai ça plutôt mignon… Il me donnera aussi l’envie d’être maman pas parce que c’est le moment mais juste parce que c’est LUI…

C’est à ce stade là de ma réflexion que j’ai envie de me crier à moi-même « Cendrillon sors de ce corps ! « , LUI est uniquement dans ta tête, LUI est une pure création de ton imagination et de ton over dose de Walt Disney quand tu étais petite…

Mais dites-moi et s’il existait vraiment ?

 

Par Fatima-Zohra El Allali