Le maure vivant Juin27

Tags

Related Posts

Share This

Le maure vivant

Venons en au fait, et laissons la simagrée aux coqs servir de crête. Je ne ferai ni fier ni beau ni abuserai de mots bêtes pour vous dire le fond de ma pensée ni ce qui m’embête. Juste un ou deux mots, sans vous prendre la tête…

Venons en au fait, et parlons de nos quêtes…non pas de celles au bord d’un quai qui font bite d’amarrage accrochant l’adieu à la valse des mouchoirs, illusoire danse conjurant l’absence.

Je n’ai jamais compris les partir, les autrement et les ailleurs, chérissant le rester, l’immuable et le conséquent, acceptant mes co-errances pour retrouver la mienne de cohérence.

Venons en au fait et parlons rien qu’une fois, sans fioritures ni mots débiles à l’absurde tournure, de ce profond qui nous anime… qui envenime

J’aurai voulu que la mer soit rouge pour laver le sang des morts sans que le ciel s’indigne

J’aurai voulu que les morts soient blancs pour qu’une fois saignés ils deviennent feuilles

J’aurai voulu que la pluie soit noire pour qu’une fois tombée elle devienne mots

Et que les mots sur la feuille blanche racontent les morts pour indigner le ciel

J’aurai voulu que le ciel pleure ma honte pour faire rougir la mer

Et je serais le vent

Et je serais levant, père du soleil qui chantera aux morts

« ce n’est qu’un maure parmi les vivants ! »…

Le poète Khalid Benslimane