Tags

Related Posts

Share This

Capelli Satani

« Cachez ces cheveux que je ne saurais voir », semblent nous dire ces yeux pleins de reproches face à notre chevelure libérée. Oui, désormais, lorsque je me promène dans les rues de mon pays, vais au marché, au salon de thé, je me sens de plus en plus esseulée, étouffée, asphyxiée par l’idée que bientôt je ferais partie des exceptions. Serais je devenue, moi adepte des cheveux coiffés décoiffés, dévoilés, moi traqueuse des cheveux négligés, cassandre châtain – pour ne pas dire catin – source de tous les pêchés ?

Non contentes de m’offrir leurs regards pleins de mépris, certaines osent même m’interpeller, croyant me culpabiliser, voulant me materner, me sauver « Allah yehdik » (que Dieu te ramène au droit chemin) qu’enfin tu couvres ces capelli satani – ces cheveux sataniques que tu mets sous le nez, les yeux, la b… de nos sexes forts de mâles, de maris, si faibles devant telle maléfique tentation, inspiratrice de leurs plus viles obsessions !

Dieu que ces cheveux font rage, ils sont la source de tous les maux qui rongent notre société. Mais oui cela est bien sûr : Education à l’agonie ? C’est la faute aux capelli satani, Culture moribonde ? C’est la faute aux capelli satani ! Incivisme, routes qui tuent, corruption etc, etc.., toujours à cause de ces capelli satani qui aveuglent, décontenancent, déstabilisent tous les mâles du comté !

A bas peignes, séchoirs, brosses, barrettes (non pas de shit, çà c’est bon pour le business !) ; à mort les shampouineuses, les coloristes, les coiffeuses, les coiffeurs visagistes (et doublement ceux là car les trois quart sont des homo sapiens comme dirait Ahmedi – Stafreulah, stafreulah) ; Sus (non pas sus que tu crois) –  sus aux dermatologues spécialistes des implants capillaires, au diable extensions et autre kératine !

Mais j’y pense, ce n’est toujours pas assez ! Je réclame un autodafé vite fait! L’heure n’est plus aux mesures tièdes et frileuses, l’heure est aux actions radicales! A quoi sert le voile là où les flammes nous débarrasseraient à jamais de ces poils à gratter nos mâles aux hormones déchainées ? Je propose d’ailleurs mieux encore, qu’au même titre que la circoncision, l’épilation définitive des crânes des petites musulmanes soit systématisée à la naissance au plus tard à leurs quatre ans. Faute de quoi, elles seraient scalpées vives et en public pour l’exemple !

Ah mais non, suis-je bête, cela ne conviendrait pas à la halala compagny qui elle voit en ces voiles synthétiques et autres accessoires customisés, de véritables vaches à lait ! Et puis nos pauvres mâles à la libido déboussolée risqueraient alors d’être par ces crânes nus, tout doux rasés de près, bien trop attirés, excités !

Non, contentons nous de nous voiler la face, sans oublier de bien recouvrir les oreilles, histoires qu’en plus des œillères, nous ayons des boules quiès afin de n’entendre que l’essentiel : l’appel à la prière, à servir le repas et satisfaire l’appétit bestial de notre ani’mâle !

Bon plus sérieusement, revenons à ces capelli qui dérangent qui démangent, cette soudaine lubie qui nous ronge. Le voile oui mais au nom de qui ? Revenons à l’origine. Les ultras, ces mêmes là qui m’interpellent et me couvrent de mépris, m’expliquent qu’elles madame, contrairement à moi pauvre impie, ont lu le coran, suivent ses préceptes« ce que Dieu a dit » ! Ah oui ? Soit, suivons leur raisonnement.

Donc dans sourat « Annour » (La lumière) il est dit… et là je les arrête car non je ne suis pas une impie, non je ne suis pas moins croyante pratiquante qu’elles, sous prétexte que j’ai choisi de laisser libre cours à mais idées autant qu’à mes capelli. Juste moins béni oui-oui, juste tolérante. Je ne leur en veux pas moi de se voiler la face, je ne les méprise ni ne les culpabilise, je respecte celle qui le font par conviction, je trouve certes triste qu’elles soient parfois endoctrinées, triste qu’elles ne voient pas plus loin que le bout de leur voile ou de la doctrine du mâle au nez et à la barbe duquel d’ailleurs je ris – mais je respecte leur choix, surtout s’il s’agit bien de leur propre choix, réfléchi, cohérent.

Non moins érudite donc et ayant étudié le coran tout autant sinon plus qu’elles, j’ai bien lu et relu cette soura et je sais qu’il y est précisément recommandé aux femmes de recouvrir « jouyoubihinna » – leurs bustes, poitrines, décolletés – de « khoumourihinna » – de leurs foulards, voiles, voilages. Il est donc question de pudeur, d’humilité mais en aucun cas de déni du corps, de chasse aux cheveux sataniques.

Et là oui je m’incline, à chevelure découverte certes, mais je m’incline. Car aussi ouverte d’esprit que je sois, je comprends ce à quoi nous exhorte cette aya (passage) et le cautionne même! Je suis tout autant choquée, révulsée par ces poitrines prêtes à exploser étalées comme les rognons aux étals des bouchers; par ces cuisses et popotins asphyxiés dans des jeans dix fois plus serrés que de nos aïeules les corsets. Car non ce n’est pas beau, non ce n’est pas suggestif, ni synonyme de séduction mais bien racoleur à souhaits, réducteur à jamais, comme une vente au rabais de surplus américain liquidé au souk du chien !

Alors oui, je suis d’accord, oui j’aimerai que mes concitoyennes élèvent un peu le niveau et pas que de leurs décolletés olé olé ; se respectent pour mieux se faire apprécier, adoptent une tenue vestimentaire décente à l’élégance racée, suggestive qui ne donne pas la nausée ; mettent des jeans à leurs tailles, comprennent qu’elles ne sont pas des chiennes en vitrines, offertes à des mâles en rut juste bonnes pour la culbute  zut ! Juste des adeptes du troc, bonnet D contre bingua  TTC ; qu’elles ont d’autres choses à offrir qu’une paire de nibards et un cul aussi gros que les cinq anneaux olympiques réunis.

Cependant, je ne comprends pas le fondement de cette nouvelle mode venue de pays aux esprits obtus, fermés et tellement, tellement hypocrites ! Cet endoctrinement wahabiste désormais worldwide estampillé, qui voudrait changer mon Maroc, changer son esprit, effacer sa tolérance, éradiquer sa différence sous prétexte de moralisation d’état, sous couvert de retour à la chariaa !

Avez-vous déjà regardé des clichés du Maroc de nos mères, grands-mères et au-delà ? Même dans les campagnes reculées, les douars les plus escarpés, jamais aucune n’était ainsi enturbannée, jamais personne n’a été si fermé en termes de religion ou de façon de l’appréhender. Pourquoi cela devrait il changer ? Tout le monde se plaint de la mondialisation, de l’américanisation ou de l’européanisation à outrance, mais ne sont ils pas choqués par le crétinisme de masse, la « rotanisation » forcée, l’endoctrinement atterrant d’iqra’e et autre salafisme déguisé ? La « pakistanisation » démente ? Le taux de débilité profonde par habitant? Les effets de tout cela sont pourtant bien plus inquiétants !

Rendons à notre Maroc sa spécificité, sa différence, son ouverture, sa tolérance! Libérons nous nous même de ces carcans, ces diktats que nous avons accepté d’accepter en silence, par suivisme, par paresse, par lâcheté parfois, par dépit, par frustration, par réaction, mais rarement par conviction ou par réelle rétrospection.

Suite à ce billet je serais harcelée par des jacasseurs précoces, des frustrés de la…….tête, des intégristes bornés, des assassins du libre arbitre. Alors de grâce mesdames, messieurs qui vous apprêtez à m’incendier, brayer, rager, avant de me servir vos sermons, vos insultes, de vous insurger pour rien, pensant que je méprise les voilées, déteste les femmes qui en ont fait le choix, me traitiez d’impie, renégate à la merci du diable, pécheresse, sorcière, trainée mille fois par les mâles étrennée ! Avant cela donc, essayez juste cette fois de ne pas tout prendre contre vous, ne pas vous sentir bafoués, insultés, juste de réfléchir par vous-même, d’utiliser ce cerveau que sous vos capelli satani le bon Dieu a déposé et pas en amana mais bien pour que vous vous en serviez. Dites vous si l’essentiel est dans une façon de s’habiller, des cheveux voilés ou dévoilés, un corps dénudé ou renié ou plutôt dans une façon de penser, un comportement au quotidien, le respect des autres, le respect de la communauté. Relisez le coran, allez donc à la chasse aux mauvaises odeurs, à la saleté ; à la chasse à la corruption à la tricherie, à l’incivisme et vous verrez qu’alors l’habit ne fera pas le musulman mais bien ce qu’il cache dans son cœur, son cerveau.

Oui mille fois oui, ils avaient raison et non ne sortez pas tout de suite vos couteaux, oui « c’est dur d’être aimé par des cons » ! C’est triste et particulièrement affligeant ! Les cons sont ceux qui sont incapables de tolérance, incapables d’utiliser leur fierté autrement que pour se battre, ne respectent pas l’avis, les croyances de l’autre. N’étions nous pas jusqu’il n’y a pas si longtemps, terre d’accueil, pays de tolérance, de contrastes ? Pourquoi vouloir à tout prix lisser tout cela, effacer, niveler par le bas, annihiler tout esprit d’analyse, de synthèse. Tuer l’individu, emprisonner les esprits. L’islam est tout sauf cela, l’islam est paix, amour, ouverture à l’autre, respect de l’autre. Ceux qui vous disent le contraire, vous utilisent, pouvoir, politique, argent et vous vous y croyez dur comme idées reçues ! C’est triste ! Sur ce, je vais aller me laver les cheveux, j’ai des mâles à zigouiller, des générations à choquer et je me demande même si je ne vais pas, soyons fous, m’offrir un brushing libanais histoire de me doter d’une arme de destruction massive. Mmmmm je vous entends déjà : « Staffreulah stafreulah, vade retro brushingas ! »

 

Par Yasmina Rhoulami