Pssssss! Nov22

Tags

Related Posts

Share This

Pssssss!

Question existentielle du jour : Quelle est l’origine du « psss, psss » dans la rue marocaine ? Comment est née cette spécialité locale ?

Je me suis toujours demandée comment l’auteur du premier « psss » a eu l’idée d’inventer cette onomatopée. Et est-ce que ça a vraiment marché pour que tout un pan de notre société l’ai hérité et rendu si populaire ?

Je ne sais pas si j’arriverai à avoir des réponses à mes questions, mais en attendant, je me penche un peu sur ce phénomène.

« Psss » ? Un son ni beau à émettre, ni beau à entendre !

C’est un effet plus ou moins long, ca va du « ps » au « psss » au « pssssssssssst » (attention le « t » montre que le sujet, appelons-le « psssteur », insiste), qui semblerait signifier à la femme à laquelle il est adressé que ses charmes ne laissent pas indifférents.

Le « psss » peut-être utilisé seul ou accompagné d’artifices verbaux indiquant l’état d’esprit de son auteur :

Voici les différents cas de « psss » :

– Le psss isolé, plutôt discret : vous marchez, vous l’entendez mais il est très bas, voire étouffé. Technique d’un psssteur pas très sûr de lui, qui aurait aimé tenter une approche plus subtile, mais qui, sous le coup de la timidité, préfère se rabattre sur du classique vu et revu.

– Le « psss » suivi d’un joli diminutif de femelle ou d’aliments: 9tita, la gazelle, kawkawa, ka3b ghzalla… Le psssteur vous trouve plutôt jolie et pense naïvement que cela vous touche (j’essaie de comprendre le parallèle entre une belle femme et ka3b ghzala, mais j’avoue que je sèche)

– Le psss suivi de descriptifs pas très flatteurs : el begra, ettobiss, al 3awra (celle là je l’ai eu souvent, Merci mec, je le sais déjà !). Je ne sais pas dans quelle catégorie le classer.

– Le « psss, zine, manchoufouch ?» : une invitation au dialogue.  Le seul cas où le psssteur envisage une interaction avec la pssstée (notez que tous les autres se contentent d’un monologue qui les autosatisfait).

– Le « psss » vulgaire, toujours suivi du champ sémantique de la catin : Al 9…a et autres synonymes, c’est le cri du cœur ou d’autre chose d’un gros frustré insatisfait car interdit d’accès (pour je ne sais quelles raisons) au Jardin d’Eden. Il y a des cas extrêmes où le psssteur se touche les parties intimes (peut-être pour s’assurer qu’elles sont toujours en place, même que de temps en temps, certains les replacent).

– Et le meilleur pour la fin, le multi – « psss », celui qui  englobe tous les cas (si le « psss » timide ne marche pas, le « psss » noms de fruits ou d’animaux, suivi de « zine manchoufouch » feront leur effet. Rateau en vue ?  Monsieur est irrité et dégaine le « psss » pas très flatteur et conclut par l’ultime, le dictionnaire national des insultes machistes).

Il y a aussi une différence de taille entre les psssteurs : le psssteur statique : il lance son psss et l’aventure s’arrête là.  Et il y a le psssteur dynamique, qui fait un petit bout de chemin à vos côtes, soit pour vous persuader qu’il a du potentiel et que vous êtes entrain de passer à côté de l’homme de votre vie, soit pour continuer sa tirade de mots « teht essemta ».

En règle générale, le psssteur est un grand spécialiste de l’anatomie féminine.  Le corps d’Eve se résume à 3 parties bien distintes : l3inine, essder et etterma. Des fois, il fait allusion à la taille mais tout le reste est superflu (avoir une tête bien faite surtout, impensable!).

Si vous prêtez l’oreille au psssteur, il peut arriver à faire avaler à Susan Boyle qu’elle est une déesse ou à Angelina Jolie qu’elle est une erreur de la nature. Un conseil, prenez la voiture ou le taxi si vous allez à un rendez-vous galant, car il peut vous ruiner en deux ou trois phrases le temps passé à vous pomponner.

Le psssteur est un modèle unique, certifié ISO marocain 2012, testé et pas approuvé pendant des décennies, une valeur sûre.

Tout peut être copié par les chinois, sauf notre pssssteur. Pas de contrefaçon possible !

Produit du terroir, 100% bio, patrimoine immatériel qu’on devrait inscrire à l’UNESCO.

Flashback : Quand j’étais haute comme 3 pommes, psss –appeler- signifiait le contraire de tsseb – faire fuir-   en langage humain/félin.

Alors les filles, vous savez ce qu’il nous reste à faire, dès qu’un psss se présente, … oua tsssseb !

 

Par RITA IBN KHALIDI