Spiderman m’a (presque) tuer… Jan28

Tags

Related Posts

Share This

Spiderman m’a (presque) tuer…

Miloudi savourait son deuxième Chawarma à l’agneau, lorsqu’une silhouette attrayante l’incita à se rendre vers la salle d’embarquement numéro 3. Miloudi, casablancais certifié, n’a pas sillonné les artères du Moyen Orient pour délivrer la Palestine de l’occupation israélienne, pour sponsoriser les actions humanitaires des refugiés éreintés, ou pour baigner dans les eaux douces de Gaza. Non! Il faut savoir que ce quadragénaire, marié et père de quatre enfants a des motivations bien plus respectables. Miloudi quête simplement la femme de sa vie. Il ne veut pas d’une épouse complaisante comme Zoubida, qui lui mitonne son fameux Trid aux coquelets le jeudi, qui lave ses chemises encrassées par la sueur du midi et s’enduit de fleur d’orangers pour lui plaire à minuit. Miloudi veut une vrai femme, comme celles qui se déhanchent sensuellement sur les tercets populaires des clips Khaliji. Des jouvencelles aux cheveux noirs ébènes, aux lèvres pulpeuses charnues et aux corps potelés et bien grassouillets. Ahhh, Ça c’est des femmes !

Sur les conseils de son ami Hamid, spécialiste attesté des fausses identités virtuelles et surtout des faux comptes réels, Miloudi s’inscrit sur Muslima.com et se surnomma Khalifa AL Khalifa : un arabe du golf fortuné, installé au Maroc et à la recherche de son âme sœur. Rapidement, le profil de Hanina, la sosie conforme de Hayfa Wehbe accrocha son intérêt. Cette jeune palestinienne, de 25 ans, envoûta Miloudi par son anatomie affriolante, sa voix délectable, et sa poitrine plantureuse. Elle n’hésita pas à lui murmurer ses fantasmes dépravés et à lui dévoiler ses appétences refoulées. Enfin une femme honnête et intègre. Elle lui mendiait certes de l’argent fréquemment, à déverser sur le compte de Hanine  » une erreur de sexe dans son certificat de naissance », mais elle le déchiffrait, elle le domptait, elle l’impressionnait ! Miloudi, vraiment entiché, prit son billet pour la Palestine.

Une fois à Gaza, il prit un taxi et lui demanda de le conduire à l’adresse que lui avait indiquée Hanina quelques jours auparavant. Il fut surpris d’apprendre par le chauffeur que le quartier Bab Al Hara 5 n’existait pas à Gaza. Même ses numéros de portable étaient hors de service. Miloudi, comptable chevronné en kwaleb, et expert en fraudes fiscales s’est fait arnaqué. La honte, on aura tout vu! Puis les 2000 dirhams qu’il avait posté sur Western Union au nom de Hanine Bouchko Ould Babah en Mauritanie auraient dû interpeller sa méfiance. Mais les photos que Hanina lui avait envoyées et sa voix avenante sur Skype avaient fini par noyer ses soupçons et ses inquiétudes à son égard.

Face à ses émois intérieurs, Miloudi se décida de ne plus se connecter sur Internet, sauf pour visionner des vidéos débauchées, pour soulager ses vices et décharger son stress quotidien. Le lendemain, il jugea judicieux de rentrer à Casablanca regarder Harim AL Sultan 2, et assister à la soirée Daoudi au Trinita Hotel à Ain Diab pour y noyer son chagrin, et y croiser Ahlam, une habituée…

Une fois installé à bord de l’avion en direction de Casablanca, Miloudi ne compromit pas ses espérances. Il prospectait scrupuleusement toutes les passagères à la recherche d’un sourire débauché, d’un clin d’œil tordu, ou d’un regard obscène. N’importe quelle femme aurait été mieux qu’un espèce de transsexuel matérialiste le prenant pour un prince arabe refoulé en chameau magique, s’affichant avec sa sandale en plastique Halouma et dissipant ses pétrodollars sur des danseuses de cabarets douteuses. Quelques minutes plus tard, il finit par discuter avec Mona, une journaliste égyptienne en mission à Casa pour y couvrir un séminaire de beauté. Ils parlèrent de la révolution égyptienne, de produits de beauté bio, de son addiction pour les films Égyptiens, de Hayfa Wehbe et de la tolérance du peuple marocain envers les autres cultures. Mona était ravie de découvrir le Maroc qu’elle ne connaissait qu’ à travers quelques vidéos scrutées hâtivement sur Youtube. Un pays d’indulgence, et de respect où se côtoient toutes les cultures, mais aussi toutes les religions. Au Maroc , les juifs et les chrétiens s’appliquent librement à l’instruction de leurs cultes religieux et les synagogues et églises annexent les mosquées.

Miloudi regardait Spiderman sur les petits écrans, lorsqu’il agrippa délicatement la main de Mona et la pinça légèrement. Alors que Peter Parker embrassait la jolie Mary Jane, quelques passagers biscornus se mirent à crier insolemment, sans respecter les gens qui essayaient de se reposer, de dormir, ou de conclure avec une femme. Miloudi ne comprit rien à ce qui se passait. Il pensait qu’une querelle de couple avait éclaté, pacque les mots « baiser », « monkar », « haram » percutaient fréquemment ses oreilles. D’ailleurs, personne ne comprenait absolument rien. Les cris haussèrent, et les indignations s’accrurent puis s’aggravèrent, au point que certains passagers évoquèrent un scénario spéculé par des kamikazes ragés afin de faire tomber l’avion. Le cœur de Miloudi, de Mona, et des autres voyageurs agités se paralysa pendant une fraction de secondes. Ces personnes, se présentaient comme députés islamistes marocains, et revendiquaient la suspension du film qui comportait des scènes obscènes et outrageuses. Ne sachant plus quoi faire, les hôtesses de l’air prises d’assaut, tentèrent de les calmer délicatement en éteignant quelques écrans, mais en vain. Un petit garçon non loin, ne pouvant plus terminer le film, demandait à sa maman « Est ce que Spiderman va mourir, hein ? », en pleurs. Puis plusieurs passagers s’indignèrent, pas du baiser de Spiderman, mais de la dramatisation d’une scène qui n’a absolument aucun rapport avec de l’obscénité.

Quoi ? Les scènes obscènes c’est la collection spéciales de Miloudi interdite aux mineurs, et a certains adultes :  » Al 3ichk al haram »,  » Le trou du vice »,  » la marmotte et les 3000 violeurs »… Miloudi, qui voulait fricoter avec Mona, se retrouva en plein altercation avec les pro Spiderman et les anti Spiderman. Ne sachant plus quoi faire, il prit quelques milligrammes de Xanaz et s’endormit. S’il devait mourir, il ne voulait pas le savoir !

Il nous faut proposer à la compagnie EGYPTAIR, de passer  » Oui Oui chante avec ses amis »,  » Capitaine Majed » ou pourquoi pas un écran noire et vierge… On sait jamais. Quant à Miloudi, il a finit par succomber au charme Egyptien, et il a épousé Mona qu’il n’embrasse plus depuis que leur avions a failli atterrir dans les eaux salées de la Méditerranée.

 

Fin.

 

Par YASMINE NACIRI