La journée de la honte ! Mar08

Tags

Related Posts

Share This

La journée de la honte !

 

Dans notre société composite, beaucoup de « mécréants » confondent la journée de la femme avec la Saint Valentin. Le 8 mars, une journée censée arroser les démarches courageuses des femmes qui bataillent vaillamment pour améliorer leur condition et revendiquer l’égalité avec l’homme, se mute effroyablement.

Une publicité aguichante pour passer le weekend dans une tente écologique à Tombouctou pour les femmes divorcées qui n’ont toujours pas reçu leurs pensions alimentaires de 2005. Une offre spéciale « Soin de visage éclat » pour estomper les ecchymoses des femmes battues par leurs maris respectables. Un présent à moins 30 pourcent à l’achat d’un vernis Shellac pour enjoliver les mains éreintées par l’eau javel et l’acide sulfurique. Un bon de réduction dans un spa, pour remodeler sa silhouette pompée par le manque d’activité du au licenciement de travail après un accouchement. Un Free Pass pour arpenter les pistes des lounges branchés pour les célibattantes endurcies loin des harceleurs qui déambulent en toute impunité dans les rues. Des concours sous forme de Quizz pour gagner une BMW » Comment la petite Amina El Filali a t elle épousé son violeur? Envoyez vos réponses sur le site contrepedophile.com ou indignez vous hadhchi hchouma.org…

Je crois qu’ il y a erreur sur le combat.

Pas besoin de chercher loin pour comprendre qu’aujourd’hui c’est la journée internationale des droits, mais certainement pas de la femme. Des entreprises créent exclusivement en ce jour sacré » l’opération croix rouge » en offrant un bosquet de fleurs rouges à toutes leurs employées chastes, à l’hymen pur et insondable par les démons. Des tickets pour assister au film » Activités paranormales 3″ sont distribuées gratuitement aux femmes démunies, ou un député renommé viole par télépathie sa jeune secrétaire qu’il n’a jamais rencontré, malgré un test ADN positif. Des pâtisseries aguichent les papilles dissolues dans une ambiance des plus romantiques, en proposant leurs fameux « Saint Honoré spécial couples » afin de consolider les relations entre des mineures et leurs violeurs qui ne cherchent que lma3koul. Des hommes avenants arborent tous le même slogan » Tous putes, Tous soumises » à celles qui osent ignorer leurs propositions indécentes contre quelques billets verts. Des franchises de prêt à porter exhibent une nouvelle ligne élastique pour camoufler le ventres du » Hchouma suprême » de toutes ces jeunes femmes qui ne peuvent pas avorter faute de moyen, et qui finissent par tuer leurs nouveau nés ou l’abandonner dans une ruelle obscure et étroite avec les chiens enragés.

Honte de croire en une justice dans une société misogyne, qui traite la femme violée de nymphomane récidiviste, la femme battue par son mari de mécréante invalide, la femme harcelée sexuellement de prostituée à la quête de chaire rassie, la mère célibataire de fajira possédée par le cousin de Satan et la femme émancipée de féministe mal baisée. Puisque la femme revendique des droits, ne lui en reconnaissons qu’un seul : celui d’exister.

A vos burkas, et à vos casseroles mesdames, je vais aller me cacher avant que Si Miloudi ne rentre.