Diplôme, boulot, mari ! Mar25

Tags

Related Posts

Share This

Diplôme, boulot, mari !

 

Lors d’un entretien d’embauche, une amie a eu droit à une question surprenante : « Envisagez-vous de vous marier dans les trois prochaines années ? ». Le RH rajoute : « Je vous pose cette question, car le poste est soumis à des astreintes et vous seriez amenée à travailler la nuit et certains weekends, bien évidemment pas tout le temps… ».

Cet échange m’a fait réfléchir sur l’équilibre entre la vie de famille et l’évolution professionnelle.

Pourrions-nous sacrifier quelques années de notre existence, pour s’imposer dans le monde du travail et booster rapidement notre évolution avant de réfléchir au mariage et aux enfants ?

La femme marocaine a évolué au fil des décennies. On est passé d’une grand-mère qui n’a pas eu de scolarité et qui s’est consacrée à son mari et à ses enfants, à une mère cultivée, mariée jeune et qui a réussi à trouver un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle, même si la balance penche en faveur de la famille. Enfin, on trouve les jeunes femmes de notre génération qui s’engagent dans des cursus universitaires assez longs, afin d’acquérir un diplôme, assurant ainsi un certain rang social ( ingénieur, médecin, docteur, avocate…). Jusque-là tout est normal, mais une fois le diplôme en poche, la jeune femme se lance dans un combat périlleux : « Chercher un travail », ou le vrai parcours du combattant au Maroc. Les plus chanceuses (ou les pistonnées) se trouvent une place dans le marché du travail et se consacrent au but ultime de leur existence : TROUVER UN MARI!

Personne ne peut nier que l’aspiration à fonder une famille est jugée unanimement légitime. Toutefois, plusieurs questions me tracassent :
Pourquoi s’engager dans de longues études sans chercher derrière à les valoriser ?
Pourquoi la femme marocaine manque-t-elle d’ambition et se limite à une bonne situation et à un mari « Presque parfait » ?
Pourquoi vouloir se marier jeune ? Est-ce le poids de la société ?
Pourquoi ne pas avoir une feuille de route : « Diplôme – boulot – poste à responsabilités – Directrice – Présidente d’un groupe ou ministre » ?
Construire sa carrière, n’est-il pas aussi important que fonder une famille ?

Je ne cherche pas des réponses à mes questions, mais plutôt nous faire réfléchir et nous remettre en question sur la situation de la femme marocaine.