Pourquoi le viol ?

  Violer une femme. Décider de la suivre, de la pister, alors qu’elle marche, peut-être dans une rue étroite, au grand jour, jusqu’à l’isoler du monde. L’isoler de tout… La connaître. Ou, sans la connaître, avant tout, déjà, vouloir qu’elle paie.La frapper. Arracher ses vêtements, comme on arracherait sa peau. La tuer presque. Mais en veillant à la garder vivante. L’assommer, lui casser la gueule, pour la pénétrer de force. Les hommes, jeunes ou dans la force, ou la rage de l’âge, ils sont des milliers, des millions, à violer ! Alors, le violeur, un guetteur ? Et le viol, une pulsion ? Et la guerre ? Lorsqu’on entre dans une ville, lorsqu’on la prend d’assaut, qu’on la bombarde, jusqu’à ce qu’elle tombe. Comme un humain. Comme une femme. Et qu’alors, on se sert sur les corps de ses filles, sur la chair de ses femmes, qu’on prend, là aussi, de force… Et souvent à plusieurs ! Le viol, un tribut de guerrier, un droit des vainqueurs. Oui, les soldats violent, parce qu’ils ont gagnés. Et si, au fond, c’était cela. S’il était là, le vrai, peut-être le seul théâtre d’ombre, théâtre des opérations où tout se joue, dans cette affaire de viol… Dans cette histoire trop longue. Et si, au fond, c’est d’une guerre qu’il s’agissait ? D’une guerre contre les femmes ! Menée depuis le début par les hommes. Une guerre sans merci, sans quartier, sans prisonniers, contre le mystère de ce corps qui les produit tous, les Hommes. La femme, un continent noir, – dira le pater noster de la psychanalyse… Une terre obscure. Une nuit salée, dira le poète, éperdu, que ses vers, que ses quatrains rassurent, mais n’en perdent pas moins. Une guerre, donc. De l’inachevé contre le fini…...

Wiam… Avr25

Wiam…

  « Correction : ce fut une tentative de viol… Juste une tentative », ai-je lu sur un mur facebook. C’est vrai que le pire a été évité. Visage complètement entaillé avec risque de perte de l’oeil droit, jambe gauche et main droite hachées, mais son hymen est intact, voyons! L’honneur de la petite Wiam est sauvé! Il y a des jours, à la lecture de ces faits divers presque tirés de film d’horreur, tu penses que ça ne peut plus être pire, que t’as saturé les récepteurs de dégoût pour la sainte journée, mais non! Détrompe-toi, il y a toujours quelqu’un qui viendra lancer l’argument qui tue, le commentaire qui achève et qui te prouve, à ton grand désespoir, qu’il y a toujours un pis à ton mal. Rappelons les faits. Il y a deux jours, une image atroce puis une vidéo d’une petite fille font le buzz sur facebook. Il s’agit de Wiam, une enfant qui a subi, selon le quotidien Almassae, une « tentative de viol » de la part d’un homme armé, lorsqu’elle jouait pas loin du puits dans leur douar. S’étant débattue énergiquement, elle fut récompensée de plusieurs coups profonds de faucille sur son visage et ses membres. alerté par les cris, son jeune frère courut appeler l’aide et le criminel s’enfuit. Quelques heures et une cinquantaine de points sutures plus tard, la jeune fille lance un appel à l’aide via le quotidien almassae, où elle rend compte de l’état pitoyable de la prise en charge hospitalière et la négligence qu’elle subit. Un groupe citoyen est immédiatement constitué pour répondre à l’appel. La prise en charge a lieu, probablement déjà programmée, mais pas assez rapide pour cette famille désespérée. Pendant ce temps, le criminel circule librement dans les champs....

Femmes…mais violentes Avr22

Femmes…mais violentes...

  Admettons ensemble qu’on commence à en avoir assez de ces slogans stériles qui dénoncent la violence physique contre les femmes. « Stop à la violence contre les femmes » ; « Non à la violence contre les femmes » ; « soyons à l’écoute des femmes battues» … Une multitude de slogans qui versent tous, certes, dans la dénonciation d’un grave phénomène que nous partageons même avec les sociétés et pays les plus développés, les plus civilisés, les plus égalitaires. Un phénomène qu’il faut continuer à décrier et à dénoncer. Un phénomène qui est loin d’être atténué. Quoique dans les pays dits « développés » et qui nous devancent en tout, des associations ont parallèlement vu le jour pour protéger les hommes battus par leurs épouses. Je n’ose pas encore imaginer l’existence d’une association similaire dans notre société si machiste, ni imaginer les milieux dont lesquels elle interviendra et quels slogans elle osera diffuser. En attendant, je préfère aborder d’autres formes de violence, une autre forme de maltraitance et de nuisance à la gent féminine : notamment celle qu’elle subit de la part de ses semblables. Et oui, chères mesdames il faudrait reconnaître qu’il nous arrive d’être très violentes entre nous, qu’il nous arrive de dégager une violence que même le plus féroce des machos ne pourrait contenir. Sinon comment pourrait-on qualifier : Les discours de certaines extrémistes féministes qui conditionnent la pensée de leurs jeunes disciples en faisant de l’homme leur ennemi. Un antagoniste à qui il faudrait livrer bataille sur tous les terrains. Des extrémistes qui me donnent l’impression d’agir dans un monde virtuel. A ceux-ci ou plutôt à celles-ci, je demande réponse à une seule question : pourquoi je paye les mêmes cotisations au régime retraite et assurance maladie et...

Moi… l’Homme de la situation Avr15

Moi… l’Homme de la situation...

  Et Pafff, Elle vient de recevoir la claque de sa vie, le son résonne dans ses oreilles, et l’empêche de poursuivre la conversation téléphonique, ou plutôt le monologue débité par son interlocuteur qui n’est d’autre que son ex futur Big Boss numéro I : Allo, madame vous êtes toujours là, Alors je disais, Madame, j’ai une mauvaise nouvelle à vous annoncer, le comité a recruté (sans mon accord) un homme pour le poste qui vous était destiné. Elle respire profondément et lâche avec dégout : Excusez moi? et notre accord? et la présentation de la nouvelle stratégie? et mes deux entretiens? et mon dossier de recrutement? et le draft de mon contrat ? Ils ont pensé que c’est mieux de mettre un homme dans ce poste clef – il marque une pause et ajoute- j’ai négocié pour vous un autre poste : Son adjoint… bla bla bla Le bourdonnement de son sang dans ses oreilles, l’empêche d’entendre la suite du monologue et un malaise s’empare de ses tripes. Vous voulez dire, une secrétaire? sa secrétaire? c’est se que vous me proposez? Dois-je porter une mini-jupe, Monsieur ? Maintenant je comprends la réaction de ces femmes qui manifestent la poitrine en l’air, elles le font par déception, par horreur, par mépris. Elle avait envie de hurler, d’arracher le haut de sa tenue, d’exhiber sa poitrine de femme, de mère, d’être humain tout simplement ! Elle avait envie de hurler contre cet homme, contre ce comité d’hommes, qu’elle est une femme, et qu’elle l’assume ! Qu’elle n’est ni moins compétente, ni moins responsable que cet homme qui a pris sa place ! Qu’elle est une personne intègre et qu’elle ne cédera pas à leur harcèlement moral, elle n’abandonnera pas ses droits ! Elle est à...

خزي على الطريق...

بعد أن فاتني اخر قطار للعاصمة من الجديدة في 7 ونصف. كان ركوب الحافلة إلى الرباط الاختيار الوحيد. اضطررت لركوب « الكار » لثاني واخر مرة في حياتي…1 في المحطة الطرقية كل ينتظر قبلته وكل يحمل حكايته… حكايات البؤس والفقر والبطالة والأمراض والجنائز والمشاكل… وأنا أيضا أحمل أحلامي وهمومي وأسئلتي الوجودية وقضيتي النسائية أحملها في كتاب « امرأتان في امرأة  » لنوال السعداوي و « الجنس الآخر » لسيمون دي بوفوار1 وسط أعين تتربص بي من كل مكان، أنقذتني الحافلة وركبتها لأجد مقعدا فارغا ينتظرني في المقاعد الخلفية وسط كومة من الرجال قاموا بتعريتي من فوق ملابسي. جلست قرب أحدهم بكل ثقة في النفس من امرأة تدعو للمساواة بكل براءة وجدية. أشم رائحة العرق والفقر و »الميزيريا » وعاتبت نفسي قائلة  » ليس لهم ذنب في رائحة لم يختاروها لأنفسهم » وتجاوزت الأمر و أطفأت أزرار حاسة الشم. وأطفأوا بعدها أزرار الأضواء. لم أجد ما أفعله بعد أن حرموني من إكمال صفحات من كتبي. جلست أنتظر مرور الساعتين من الطريق…1 بدأت أشم روائح الكبت الجنسي وروائح مني مخنوق وأعضاء تناسلية منتصبة تحت السراويل. هربت من الحقيقة وغفوت في النوم. مرت مدة وإذا بيد تتحسس فخذي وفي أوج الغفوة ودوخة الطريق ! قلت  » إن بعض الظن إثم »، ربما من بقربي يبحث عن شيء ضاع له في حلكة الظلام. أعادها للمرة الثانية. انتظرت الثالثة لأتأكد أن الفقير ليس دائما مظلوما أو بريئا أو مقهورا. هذه المرة وفي غفلة مني خطف يدي بحركة انتحارية ووضعها فوق جسم غريب ساخن. لم أستوعب الأمر حتى مرت بعض الثواني لأفهم أنه خطف يدي في لمسة ربما كانت الحاسمة لينفجر بركانه بعد أن قذف حمما طيلة الطريق…1 استشظت غضبا، أحسست بكل مشاعر العنف والإهانة والحكرة. ومر شريط حياتي في أقل من ثانية،تذكرت فيها كل موقف دوني وضعت فيه أو قد أوضع فيه. نظرت إليه لأرى عينيه المحمرتين شبقية وسط الظلام. فكرت في أن أصفعه لكني وقفت في مكاني...

Rahama Wright : l’entrepreneuriat équitable Avr04

Rahama Wright : l’entrepreneuriat équitable...

  Le 22 mars 2013, Rahama Wright a présenté son projet d’entrepreneuriat équitable à Dar America de Casablanca, pour faire connaitre l’action de son ONG, devant un public constitué essentiellement d’étudiants. Qandisha Magazwine est allé à la rencontre de cette entrepreneuse qui œuvre pour faire évoluer les coopératives en Afrique à travers son organisation, Shea Yeleen International. Lorsqu’on rencontre Rahama Wright, on est en admiration devant son dévouement et sa passion pour améliorer la situation des femmes rurales en Afrique de l’ouest. Au fur et à mesure de la discussion avec elle, on ressent cette énergie positive qu’elle transmet autour d’elle, ce sens de la dévotion pour un quotidien meilleur des femmes en Guinée, son pays d’origine, mais surtout la révolte qui la pousse à agir pour changer la donne : Shea Yeleen International estime que 66% du personnel derrière la production industrielle internationale sont des femmes. Elles contribuent à 50% de la production alimentaire dans le monde mais ne touchent en somme que 1% de bénéfices de leur labeur.   Shea Yeleen International : un pont entre acheteurs et producteur Pour Rahama Wright, cette quasi-absence de reconnaissance a plusieurs explications : structures patriarcales, absence d’outils qualifiant les femmes à avoir une autonomie entière et une dépendance financière, faibles infrastructures, faible niveau d’instruction. Cette situation une solution : au niveau des coopératives dans le monde rural, il n’existe pratiquement aucun lien entre producteurs et acheteurs à l’échelle de l’Afrique de l’ouest. Rahama Wright a voulu faire de Shea Yeleen ce pont liant acheteurs et productrices, créé en 2005 par ses propres moyens. Ce n’est plus un secret, le marché mondial du beurre de karité est saturé. On retrouve cette substance dans différentes gammes de produits de cosmétique et de bien-être. Mais combien de ses...

إفك الوسطية أو ميساء سلامة الناجي Avr02

إفك الوسطية أو ميساء سلامة الناجي...

إفك الوسطية أو ميساء سلامة الناجي Posté par Hanane Guennoun le 2 avr 2013 dans Focus | 67 commentaires Hanane Guennoun خرجت منذ فترة من حيث لا أحد يدري، أقبلت علينا بثوبٍ درامي، كمن يُريد أن يعيش و أن يُعاش معه « ريميك » لرائعة هرم السينما يوسف شاهين، فيلم « عودة الابن الضال ». لكن في الواقع، لا يهم من أين أتت و من تكون، بقدر مايهم أن أفهم حيثيات و أهداف جرمها المكتوب، الذي لا تمل من اقترافه في حق الحرية و المرأة و الفن و حتى في حق الإسلام نفسه. لا أحد يعي ماهية العلاقة الخفية المخفية بين ادعاء هاته الآنسة الدفاع عن الوسطية و الثورة لكرامة الدين، و بين العنف و الحث عليه، و سيوف الحيف التي تقفز من « مقالاتها » لتضرب رقاب قيم مهمة، أريقت من أجلها الدماء، و ذاقت في سبيلها شعوبٌ من القهر و الذل ألواناً. ما هي يا ترى الرسالة الكاملة السمو، التي تحملها « سيزيف » العصر الإسلامي الحديث على عاتقها؟ بعد متابعتي، على مضض، لانفعالات الميساء، التي غالباً ما تنجم عنها كتابات تدخل في عداد التطرّف الفكري، و العنف ضد الإنسانية، أظنني فهمت أن فريستها الوحيدة، و عدوها اللدود، ما هو إلا ذاتها كامرأة، و في جموع النساء تنتقم من نفسها لضحايا نجهل هويتهم. فتارة تأتي بالعفو و الخلاص لكل مختل جنسي بغيض، و ترمي بالمسؤولية أكملها على أم رأس القاصرات، قائلة أن في زواجهن أو تزويجهن خير كثير و سلام ,و تحصين لهن من الشهوات و إثمها، و من الخطيئة و عارها، و تارة أخرى تضرب عرض الحائط بمبادىء المساواة و الأحقية و العدالة المهنية المبنية على المؤهلات و الكفاءات، صارخة على أعلى الأسطح و بأعلى صوت، أن مكان المرأة و مآلها هو المنزل، مهما تعلمت و تكوّنت و فهِمت و علِمت. بل و ذهبت ربة الصون و العفاف إلى أبعد من...