Chère Itissalat Al Maghrib… Juin27

Chère Itissalat Al Maghrib…...

  Chère Itissalat Al Maghrib, Ou devrai-je dire : chère Inqitaate Al Maghrib ? en raison de la qualité de connexion et du réseau en général. Bref, ceci est une requête, et je vous demande, je vous supplie même, d’arrêter de m’importuner, me harceler, et polluer ma messagerie avec vos SMS publicitaires ! D’abord, il se trouve que nous n’avons pas d’affinités en ce qui concerne les goûts musicaux, Cheb Bilal et chebba dahdouha, que vous proposez dans votre pub « aghani » ne me conviennent pas du tout ! sans jugement, aucun, les goûts et les couleurs étant une affaire personnelle, je vous prie de respecter les miens. Pour ce qui est des pubs pour clubs de fitness, je m’excuse, mais je préfère courir gratuitement dans un parc ou en bord de mer et en profiter pour aérer mes poumons, plutôt que de suer dans un espace fermé, avec pour seule perspective, des machines, et le dos des machins machines qui s’essoufflent sur l’appareil devant moi. Concernant les fabuleuses offres pour les résidences secondaires, je suis encore désolée, de vous informer, que c’est à peine si j’arrive à payer ma résidence principale, l’idée ne me viendrait même pas à l’esprit, vous perdez du temps avec une mauvaise cliente comme moi. Pour toutes les coupes et tous les matchs, j’ai une autre mauvaise nouvelle pour vous : je ne m’intéresse pas, mais alors, pas du tout au ballon rond, à moins que ce ne soit celui des gamins du voisinage qui viendraient par accident casser une de mes vitres. Les chiffons, et les boutiques, ce n’est pas mon dada. Et je n’irais jamais dépenser l’équivalent d’un SMIC pour acheter une paire de chaussures. Alors ces pubs pour nénettes et médinettes, ne me concernent ni...

A ma fille… Juin24

A ma fille…

A ma fille… Posté par Rabiaa Moueden le 24 juin 2013 dans Focus | 39 commentaires Je n’ai jamais autant pleuré que lors de cette journée de grand nettoyage. Pourtant, je ne suis ni allergique aux acariens ni au ménage. Lorsqu’on naît femme, on se prémunit contre les corvées du quotidien, mais pas contre l’insoutenable légèreté de la mémoire. J’ai sorti de l’armoire les vieux albums. A chaque grand ménage, j’envoie mes deux ados chez leur tante paternelle qui se fait une joie de renifler les enfants de son défunt frère et de leur construire une mythologie sur un père imaginaire. En tout cas, c’est loin d’être celui que j’ai épousé, mais les histoires drôles qu’elle leur raconte et leurs yeux qui brillent innocemment me donnent un sourire sincère aux choses. Pourquoi rompre un charme inoffensif? Cette fois-ci, ma fille est partie seule. Mon fils, lui, est parti rejoindre ses camarades de classe dans une petite excursion improvisée et encadrée par un prof dans son école. Avant de partir, il lui a sorti sa langue, exaspérant sa frustration de ne pas pouvoir l’accompagner. Je l’en avais empêchée. Pourquoi? Elle a 14 ans. Elle est jolie comme un coeur. Les regards des hommes qui s’attardent sur son corps me révulsent et m’effraient au plus haut point. Et comme je désespère de la responsabilité de son frère ainé, je ne peux lui confier de la protéger comme il se doit. De plus, je ne suis pas dupe sur ce qui se passe lors des excursions. Alcool et débauche sont au rendez-vous à chaque fois. Elle m’a regardée avec des yeux humides, le coeur brisé de mon « manque de confiance ». Elle qui a bossé studieusement toute l’année, pendant que je devais justifier l’absentéisme régulier de...

Le blog, le bug aérien français et moi...

  Pas facile de s’envoyer en l’air ! Non, ce n’est pas un papier cul. Quoique… On s’est bien fait… Restons polis. Après tout, ce n’est qu’une journée de foutue, un torticolis et une valise perdue quelque part entre Casa et Paris. Va savoir à quelle altitude elle se trouve en ce moment… J’ai même pas pu dire à maman que j’ai raté l’avion, car en courant dans tous les sens pour attraper un TGV ou un sandwich, il m’a été difficile de trouver une cabine téléphonique. Rassurez-vous, j’en ai trouvé. C’est la carte qui était exclusivement locale… Bon, on ne va pas se lamenter. En État de droits, on a droit à la grève. On a même le droit de ne pas être efficacement remplacé pendant la grève. Sinon ça servirait à quoi sérieusement, non mais! Et puis soyons compréhensifs : le gars a un métier à risque. Il orchestre les virées au septième ciel et force est de croire que ce n’est pas le pied. Un contrôleur aérien, c’est une victime comme nous. Il a même peur que l’on paie les pots cassés, ou alors qu’on ne paie pas… je ne sais plus! Tout ce que je sais, c’est que le contrôleur aérien français n’avait aucune intention de nous faire du mal ou de me faire rater l’agréable rencontre du 4M, organisée à Montpellier, avec des personnes tout à fait charmantes venues de 40 pays, pour débattre du blogging/journalisme 2.0. De toute façon, j’ai bien été présente à la rencontre prévue pour débattre de la crédibilité du net comme média. Si j’avais dormi assez la veille et que l’ombre de ma chère valise n’embrumait pas mes pensées, j’aurais peut-être pu objecter que le net n’était pas un média, mais un support comme...

Proposition indécente… Juin10

Proposition indécente…...

Proposition indécente… Posté par Ilhame Amarro le 10 juin 2013 dans Focus | 19 commentaires « J’aimerais savoir si vous êtes intéressée par devenir accompagnatrice de personnes ? » Cette phrase résonne dans ma tête depuis deux jours. Après un dîner parisien, je me dépêche pour prendre mon train de 22h30. Malheureusement, mon karma a décidé autrement et je l’ai raté à une minute près. Quelle chance !!! Je vais devoir attendre encore une demi-heure. Habillée d’un jean, d’une veste et de chaussures à talons, j’avais un look chic et décontracté, rien de choquant !! Debout face aux quais, j’essaie de tuer le temps en checkant mon facebook. Soudain, un homme surgit de nulle part et me dit : « Excusez-moi, je veux vous poser une question ». Je le fixe un laps de temps avant qu’il rajoute « ce n’est pas un plan de drague donc ne vous inquiétez pas ». L’homme est habillé en jean et pull, il devait rentrer chez lui avant de me repérer et s’arrêter pour me faire une proposition indécente voire humiliante. Je prononce une seule phrase : « Allez-y, je vous écoute ». Avec une assurance surprenante, il me sort « J’aimerais savoir si vous êtes intéressée par devenir accompagnatrice de personnes ? » Ma naïveté ou peut-être mes problèmes auditifs m’ont fait comprendre que la personne devant moi est accompagnatrice de personnes et qu’elle cherche un travail jusqu’à ce qu’elle m’explique : « C’est pour accompagner des hommes d’un certain âge et c’est rémunéré 1000 euros la soirée » Je fronce mes sourcils, je sens la colère m’envahir et je lui dis « Escort girl? Je suis ingénieur ». Je ne sais pas pourquoi je lui ai sorti ces mots, sans doute pour exprimer un sentiment...