La mort au ventre : un suicide à petites bouchées Nov22

Tags

Related Posts

Share This

La mort au ventre : un suicide à petites bouchées

Ecrasées par le poids des attentes de nos familles, soumises aux regards critiques de nos voisins et enchaînées par la perception qu’a le monde de la femme parfaite et accomplie, nous nous plions tant bien que mal à toutes ces exigences oppressantes. Pourtant, étouffer ses aspirations en faveur de la bienséance contribue à de nombreux ravages psychologiques. Outre les troubles de la personnalité et les dépressions qu’engendre cet état de fait, les thérapeutes identifient également des symptômes moins décelables tels que les troubles de l’humeur et les troubles du comportement alimentaire (TCA).

Les TCA regroupent des troubles tels que l’anorexie mentale, la boulimie, l’hyperphagie, l’orthorexie ou encore la néophobie alimentaire. Il ne s’agit là que de symptômes qui révèlent un mal-être bien plus profond chez les malades. Pourtant, ils sont d’autant moins détectables qu’ils sont parfaitement cachés par leurs victimes. Ces maladies touchent essentiellement des femmes, mais ne se limitent pas à celles-ci. Terrifiées et honteuses, très peu d’entre elles osent en parler au risque de s’entendre dire « jem3i rassek ou diri 3aqlek ! » (Ressais-toi et mûris). Pourtant, les personnes souffrant de TCA ne manquent ni de volonté ni d’ambitions. Trop longtemps étouffées, elles manquent seulement d’estime pour elles-mêmes et d’une identité qu’elles aliènent à leurs familles, leurs maris, leurs employeurs ainsi qu’à la société toute entière.

Les TCA ne connaissent aucune barrière sociale et peuvent se révéler à l’adolescence ou à l’âge adulte. Mais en général, les causes à l’origine de ces maladies apparaissent dès la petite enfance au sein du foyer. Brimades, jugements, privations, culpabilisations, sobriquets péjoratifs et violences ordinaires, sous couvert de l’humour ou de l’éducation, alimentent le terreau où germent les TCA.

L’anorexie mentale, qui consiste à réduire drastiquement l’apport de nourriture ou à se priver de celle-ci, est un symptôme très visible qui engendre d’importantes pertes de poids en de cours laps de temps. La boulimie, quant à elle, consiste en l’ingurgitation répétée d’importantes quantités de nourritures, suivie ou non d’actes compensatoires (vomissements, laxatifs, lavements, sport intensif,…). Dans le cas de nombreuses boulimies vomitives (BVM), aucun changement de morphologie ne peut être constaté car le malade veille à maintenir un poids stable. En revanche, des indices permettent de déceler ce comportement : appétit vorace sans prise de poids, nombreux passages aux toilettes après les repas, traces brunes sur les phalanges dûes au contact avec les dents au moment des vomissements répétés (signes de Russel), crevasses à la commissure des lèvres dûes à l’acidité des fluides gastriques évacués, dévitalisation et usure des dents…

Au Maroc, aucune structure thérapeutique dédiée ne permet de suivre ou de soigner ces terribles maladies qui sont de véritables suicides à petit feu. Les conséquences physiologiques des TCA sont pourtant dramatiques. Elles peuvent entrainer de graves lésions irrémédiables et dévastatrices pouvant mener jusqu’au décès du malade. Pourtant, le déni, la honte et la crainte du jugement d’autrui poussent de nombreuses femmes à se murer seules dans le silence et la solitude.

À l’issue de plusieurs années à travers l’enfer de la boulimie, j’ai moi-même échappé à cette mort lente grâce à des thérapeutes compétents et à la bienveillance de mes proches. Je tiens à présent à encourager celles qui n’osent pas encore en parler, à s’ouvrir à des personnes qui peuvent les comprendre. C’est ma façon de redistribuer l’aide dont j’ai bénéficié et de rendre hommage à tous ceux dont la moindre contribution m’a permis de faire un pas de plus vers la guérison.

Grâce à Hayna, le premier groupe d’entraide marocain en ligne contre les TCA, nous pouvons aider les malades et leurs proches à mieux appréhender ces maladies. L’objectif de ce groupe est de faire parler des TCA et de permettre de mieux comprendre et lutter contre les souffrances qui leur sont associées.

Que vous ayez réussi à vaincre la maladie ou que vous soyez toujours en pleine lutte contre vos démons, vos témoignages sont précieux.

Que vous soyez concernés par les TCA ou que vous souhaitiez soutenir un proche, informez-vous et n’hésitez pas à aborder ensemble toutes les questions relatives à ces maladies.

Que vous soyez thérapeutes, nutritionnistes ou éducateurs, merci d’apporter votre éclairage et votre contribution constructive afin d’aider celles qui n’ont plus la force de se relever seuls.

Une issue est possible pour vous toutes. Le chemin de la guérison est en revanche propre à chacune d’entre nous. Il n’existe pas de remède miracle ni de méthode révolutionnaire, et le cheminement vers la sérénité peut être long et pénible. Toutefois, grâce à l’entraide et au soutien dont vous bénéficierez au sein de ce groupe, vous pourrez vous aussi alléger vos souffrances. Correspondances, témoignages, groupes de parole, ateliers… toutes vos propositions sont les bienvenues pour éclairer le chemin obscur à travers lequel certaines se sont égarées.

http://groupe-hayna.blogspot.com

contact.hayna@gmail.com