Majdouline Lyazidi, de Woman Choufouch, s’apprête à marcher Mar13

Majdouline Lyazidi, de Woman Choufouch, s’apprête à marcher...

Majdouline Lyazidi, de Woman Choufouch, s’apprête à marcher Posté par Fedwa Ghanima Bouzit le 13 mar 2012 dans Focus | 2 commentaires Vous avez lancé, le 13 août 2011, le mouvement »Woman Choufouch » qui fait écho aux marches dites « Slut walk », qui ont débuté au Canada pour s’étendre à plusieurs pays. Quelles ont été vos principales motivations? Et qu’est ce qui vous a encouragé à les concrétiser ? Après avoir suivi l’actualité des SlutWalk pour un bon moment, ce fut comme un déclic. Si je ne menais pas une action contre le phénomène « pss pss a zine » maintenant, peut-être que je ne le ferai jamais ! J’avais toujours eu envie de faire quelque chose sans jamais vraiment passer à l’action, mais cette fois-ci, j’avais contacté les fondatrices de SlutWalk Toronto (les premières à avoir lancé le mouvement). Après avoir eu leur bénédiction, j’ai lancé la page de la cause. Celle-ci est adaptée à la société marocaine, il ne s’agissait pas de s’habiller en petite tenue et sortir manifester ni encore de se proclamer « salopes et fières de l’être », il ne s’agissait pas de transposer un modèle occidental à la société marocaine, loin de là. Quoique j’avoue avoir adoré l’appellation provocatrice de SlutWalk, parce qu’elle choque mais surtout parce que les fondatrices de SlutWalk ont repris le terme qu’avait utilisé l’officier de police contre elles pour le dénuer de son sens premier. Mais il nous fallait bien un nom qui puisse parler à l’ensemble de la société marocaine, parce qu’il s’agit d’une cause qui nous concerne toutes, quel que soit notre âge, notre profession ou notre milieu social. Le nom « Woman Choufouch » nous a été proposée par Layla Belmahi et nous sommes actifs depuis août 2011....