Proposition indécente… Juin10

Proposition indécente…...

Proposition indécente… Posté par Ilhame Amarro le 10 juin 2013 dans Focus | 19 commentaires « J’aimerais savoir si vous êtes intéressée par devenir accompagnatrice de personnes ? » Cette phrase résonne dans ma tête depuis deux jours. Après un dîner parisien, je me dépêche pour prendre mon train de 22h30. Malheureusement, mon karma a décidé autrement et je l’ai raté à une minute près. Quelle chance !!! Je vais devoir attendre encore une demi-heure. Habillée d’un jean, d’une veste et de chaussures à talons, j’avais un look chic et décontracté, rien de choquant !! Debout face aux quais, j’essaie de tuer le temps en checkant mon facebook. Soudain, un homme surgit de nulle part et me dit : « Excusez-moi, je veux vous poser une question ». Je le fixe un laps de temps avant qu’il rajoute « ce n’est pas un plan de drague donc ne vous inquiétez pas ». L’homme est habillé en jean et pull, il devait rentrer chez lui avant de me repérer et s’arrêter pour me faire une proposition indécente voire humiliante. Je prononce une seule phrase : « Allez-y, je vous écoute ». Avec une assurance surprenante, il me sort « J’aimerais savoir si vous êtes intéressée par devenir accompagnatrice de personnes ? » Ma naïveté ou peut-être mes problèmes auditifs m’ont fait comprendre que la personne devant moi est accompagnatrice de personnes et qu’elle cherche un travail jusqu’à ce qu’elle m’explique : « C’est pour accompagner des hommes d’un certain âge et c’est rémunéré 1000 euros la soirée » Je fronce mes sourcils, je sens la colère m’envahir et je lui dis « Escort girl? Je suis ingénieur ». Je ne sais pas pourquoi je lui ai sorti ces mots, sans doute pour exprimer un sentiment...

Diplôme, boulot, mari ! Mar25

Diplôme, boulot, mari !...

  Lors d’un entretien d’embauche, une amie a eu droit à une question surprenante : « Envisagez-vous de vous marier dans les trois prochaines années ? ». Le RH rajoute : « Je vous pose cette question, car le poste est soumis à des astreintes et vous seriez amenée à travailler la nuit et certains weekends, bien évidemment pas tout le temps… ». Cet échange m’a fait réfléchir sur l’équilibre entre la vie de famille et l’évolution professionnelle. Pourrions-nous sacrifier quelques années de notre existence, pour s’imposer dans le monde du travail et booster rapidement notre évolution avant de réfléchir au mariage et aux enfants ? La femme marocaine a évolué au fil des décennies. On est passé d’une grand-mère qui n’a pas eu de scolarité et qui s’est consacrée à son mari et à ses enfants, à une mère cultivée, mariée jeune et qui a réussi à trouver un équilibre entre la vie professionnelle et la vie personnelle, même si la balance penche en faveur de la famille. Enfin, on trouve les jeunes femmes de notre génération qui s’engagent dans des cursus universitaires assez longs, afin d’acquérir un diplôme, assurant ainsi un certain rang social ( ingénieur, médecin, docteur, avocate…). Jusque-là tout est normal, mais une fois le diplôme en poche, la jeune femme se lance dans un combat périlleux : « Chercher un travail », ou le vrai parcours du combattant au Maroc. Les plus chanceuses (ou les pistonnées) se trouvent une place dans le marché du travail et se consacrent au but ultime de leur existence : TROUVER UN MARI! Personne ne peut nier que l’aspiration à fonder une famille est jugée unanimement légitime. Toutefois, plusieurs questions me tracassent : Pourquoi s’engager dans de longues études sans chercher derrière à les...