Le personnage de Châaibia, un féminisme new âge Mar08

Le personnage de Châaibia, un féminisme new âge...

Dans toutes les chaumières et les maisons existe le personnage de Châaibia Mokhlis cette image archétypale de la femme rurale dans toute sa splendeur, marque notre inconscient collectif, présente dans toutes les tribus, mais sous des habillages différents. S on patronyme n’est pas anodin. Sa posture non plus. Ce personnage qu’incarne Dounia Boutazout m’a toujours émue et touchée. Non loin de tenir tête à son cher et tendre époux qu’elle soutient malgré tout, elle supporte ses assauts moqueurs plus d’une fois, mais elle sait faire preuve de lucidité et retourne souvent la situation en sa faveur. Cette image de femme est innovante et ancienne à la fois. Elle montre à quel point les femmes dans le monde rural sont loin d’être des gourdes qui disent amen à leurs compagnons. Mais qu’elles savent faire front et tenir tête et se battre pour leur dû. Non, nous n’avons pas l’apanage du combat nous les femmes citadines. Elles sont nos compagnes dans la lutte pour la dignité et le respect. Ma grand-mère ressemble beaucoup à ce personnage. Mariée à l’âge de 13 ans, elle a toujours été pour moi un symbole de force. Elle a toujours imposé le respect par sa personnalité fougueuse et tranchante. Mon grand-père a toujours été doux, tendre et maternant. Elle a grandi dans la campagne verdoyante de Ben Ahmed. Et là-bas les femmes ont de fortes personnalités. Elles sont connues pour leur côté sanguin et passionné. Dans la campagne, les codes sont différents de la ville. Il n’est pas aisé pour une femme de s’y faire une place, mais à l’instar du personnage de la série L’couple, elles se sont battues pour y arriver et s’affirmer intelligemment, comme elles le peuvent. C’est à ces femmes là que je veux rendre hommage. Jour...

الإبداع الأنثوي Mar04

الإبداع الأنثوي...

عندما دخلت المرأة عالم الكتابة، كتبت عن ذاتها، تجاربها و ألامها التي تختلف تماما عن تجارب وآلام الرجل من الناحية النفسية و الثقافية و اللغوية، عانقت المرأة الحرف لتسمع صوتها المقموع و المكبوت بعد ان وطأت متأخرة أرض الكتابة، كيف تجرؤ إذن أن تقول ما لم يسبق للمجتمع أن سمعه منها؟ و كيف ستقوله؟ بأي لغة ستكتبه ما دامت اللغة من اختصاص الرجل؟ الرجل يمتلك إمكانيات متعددة للبوح و التعبير بحرية خلاف المرأة، لأنه يكتب دون أن يشعر بأن وراءه رقيبا من أب أو زوج أو مجتمع… ففي مجتمع ذكوري بامتياز، ظلت المرأة طيلة مشوارها الأدبي أمام امتحان لعبة الكتابة، لقد مارست و تمارس الكتابة و هي تنظر إلى الآخر و العالم عبر منظار ذكوري، إلا في بعض الحالات القليلة التي نجد فيها المرأة الكاتبة قد تخلصت من قيود الرجل في كتاباتها. على المرأة، إذا أرادت أن تبدع، أن تحرر كتاباتها و تناهض التصور التقليدي للمجتمع عنها، و تمتلك القدرة على قتل الأنثى المقموعة داخلها و القدرة على انتزاع حريتها من واقع ذكوري لاختيار الكتابة مسارا، فالحرية شرط أساسي لممارسة الإبداع، و الكتابة مغامرة مستمرة تحتاج إلى امتلاك فعلي و حقيقي للحرية، الأكيد أن الجنسين معا يتقاسمان نفس الهموم و نفس القضايا، ليست المرأة وحدها التي تعاني من الشعور بالنقص و الدونية، بل الإنسان المقهور ككل فقد إيمانه بذاته و إنسانيته، الكتابة إذن مشتركة بين الجنسين، لذلك تأتي ضرورة الاختلاف في نسج الرؤى و بلورة المفاهيم و القيم، نسج يتناسب مع خصوصية التكوين النفسي للمرأة و ثقافتها الذي يختلف تماما عن الرجل، إننا في حاجة إلى كاتبات حقيقيات يكتبن عن قضايا مصيرية كبرى و يحطمن بكتاباتهن النظرة الأحادية للعالم تجاه القضايا. الكتابة هي الأدب، و الأدب يتداخل مع الذات، فالذات التي تكتب عن نفسها تخضع لتجارب حياتية ذات حمولات نفسية في إطار القوانين الاجتماعية و التاريخية تترك بصماتها على الإنتاج الإبداعي شكلا و مضمونا،...

Si Les Chevaux de Dieu m’était conté Mar01

Si Les Chevaux de Dieu m’était conté...

  En 2001, Nabil Ayouch a réalisé le film Ali Zaoua, prince de la rue sous forme de conte urbain. Il a mis en image les enfants des rues pour faire parler des sociétés underground vivants dans les grandes villes du Maroc, notamment à Casablanca. Onze ans après, le réalisateur signe Les Chevaux de Dieu. Cette fois et toujours dans la mégapole, il accompagne le destin des jeunes enrôlés par les mouvements islamistes. 1994, Yachine a dix ans. Il rêve de devenir le meilleur gardien de buts de tous les temps. Avec ses amis au quartier périphérique de Sidi Moumen, il s’entraine à ne laisser passer aucun ballon. Comme les enfants de son âge, Yachine joue au football, tue le temps, s’ennuie beaucoup et se bagarre. Autour des bidonvilles et des décharges à ciel ouvert, aucune vision de l’avenir ne se dessine pour cette jeunesse. Inspiré du roman Les Etoiles de Sidi Moumen de Mahi Binebine, Les Chevaux de Dieu raconte comment des jeunes sont arrivés à se donner la mort en kamikazes. Dans la légende arabe, ‘Les Chevaux de Dieu’ est une formule qui désigne les accompagnateurs du prophète Mahomet. Aujourd’hui, l’expression revient dans le discours propagandiste d’Al Qaida. Elle est souvent employée pour faire référence aux exécutants des attentats. D’ailleurs, elle revient dans le communiqué de revendication qui a suivi les attaques du 11 septembre 2001 à New-York. Quant à l’attentat dont le film fait la rétrospective, il remonte au 16 mai 2003 à Casablanca. Au cours de l’histoire, Nabil Ayouch a suivi Yachine et ses amis dans un quartier dont rien n’a positivement changé, au fil du temps. Cela se remarque à travers les vues aériennes sur Sidi Moumen, faisant couler le temps à travers les dates : 1994 pour le...

À la recherche du Clark Kent arabe… Fév25

À la recherche du Clark Kent arabe…...

Soyons honnêtes. Joumana Haddad fait partie de ces femmes dont la vue vous laisse sans voix : impossible de ne pas être subjugué devant cette beauté orientale à la plastique parfaite. Mais ceci n’est que le premier choc. À la première phrase prononcée, la “Schéhérazade d’apparence” s’évanouit et laisse place à l’intellectuelle brillante, la poétesse éprise de liberté et la féministe à l’esprit corrosif. Du haut de ses talons de 12 centimètres et avec ses lèvres couleur coquelicot, Joumana Haddad est en colère. Pour cette féministe de troisième génération, assumer les attributs de la féminité n’entre pas en conflit avec ses idées, car pour elle être femme n’est pas une faiblesse, bien au contraire. Faisant voler en éclats le cliché de la femme « proie » et de l’homme « chasseur », elle s’attaque au système patriarcal et au lot de névrosés sexuels qu’il engendre. Certains mâles n’hésiteront pas à lui jeter l’anathème, mais notre amazone s’en affranchit, elle a depuis longtemps tué la Cendrillon en elle et compte bien s’attaquer au mythe du prince charmant. Dans son dernier essai,  Superman est arabe,  elle livre ses réflexions sur les maux qui rongent son pays, le Liban : machisme, asservissement de la femme et tabou du corps. À l’origine du magazine Jasad qu’elle a fondé en 2009, cette amatrice du Marquis de Sade (qu’elle a lu dès l’âge de treize ans) ne mâche pas ses mots quand il s’agit de dénoncer les archétypes sexuels et la profonde frustration qui régit les relations entre hommes et femmes dans les pays arabes : « En fait la plupart des Arabes définiraient la femme comme un être humain de nature angélique, rêvant de couchers de soleil romantiques, d’amour éternel et de recettes de cuisines spectaculaires. Tandis que l’homme serait un être humain de nature...

« Un amour fractal » : Auto-interview de Ghizlaine Chraibi Oct19

« Un amour fractal » : Auto-interview de Ghizlaine Chraibi...

Amour fractal est la toute récente parution de l’auteure Ghizlane Chraïbi qui s’est prêtée à l’exercice original d’une auto-interview.On n’est jamais mieux questionné que par soi même! « J’ai essentiellement travaillé sur le fait de polir et assécher mon écriture. » Pourquoi ce titre : « Un amour fractal » ? Un fractal est un concept mathématique qui consiste à se reproduire à sa propre image et à l’infini. C’est une construction qu’on retrouve dans la nature, par exemple dans les flocons de neige, ou dans la construction géométrique de l’art islamique. Je l’ai transposé sur le plan amoureux : une bonne graine, qui se reproduit à l’infini et à sa propre image, donne une plante merveilleuse. Dans le cas contraire, un amour enfermé sur lui-même, dans une perspective pathologique, ne peut mener qu’à l’impasse et l’enfer. Dans mon roman, je pars de ce concept mais préfère m’élever vers des sphères plus surréalistes ! C’est plus amusant et permet une liberté d’écriture inégalée !   EXTRAIT : « La Fractalie est une contrée burlesque, sur la Planète Terre, dont le code civil a été inspiré par le Marquis de Sade et Sun Tzu lorsqu’ils habitaient ensemble car ils s’entendaient bien sur le partage des tâches ménagères.  Le fractal résume à lui seul toute la théorie des ensembles. Le fractal est un ensemble non exhaustif, comprenant une multitude de sous-ensembles, au nombre indéterminé et infini, aux caractéristiques allant de schizophrène à charmeur, avec possibilité de changement à tout moment (surtout au moment où l’on s’y attend le moins). Le fractal est un paysan urbain. Mais plus précisément, qu’est-ce donc? Un fractal est un technicien-rongeur, une sorte de bilharzie mâle, profitant de n’importe laquelle des situations, voulant tirer le maximum de couverture de son côté, car même lorsqu’il dort, il reste alerte à toute opportunité,...

بنات لالة منانة », الوجه الآخر للقنديشات » Août28

بنات لالة منانة », الوجه الآخر للقنديشات »...

  »بنات منانة  » المسلسل الذي فصّلتُه على حياتي و كان كالمرآة التي رأيتُ فيها بعضاً من نفسي ؛ بداية من تسريحة شعروهنّ التي أبها على طريقة الفيروز انتهاء باعتراف غرفة « الخزين » و التي ينوب عنها في واقعي الحمّام ! كل شيء في المسلسل بدا لي كحلم مغربي عتيق بلمسة عصرية فاتنــة ؛ لن أتحدث عن عمق الألوان و رونق الديكورات و لن أتحدث بالطبع عن أريج المشاهد التي تفوح أنثوية و أناقة لا مثيل لها بل كل البهاء هو في تلك الأحداث التي أُقحمنا فيها دون أن نُحِسّ  بفبركة القصّة و دُبنا بكل بساطة في تلقائية و عفوية حوارهنّ الخالي من التصنع و الزّيف حتى طابق واقعنا و يومياتنا بسرد مُتشبّع بالفن السابع نابع من قلوبهنّ فأتيْنَ على الجرح كما يُقالْ.. كاد أن يكون حوارهن المخملي يومياتنا في تفاصيلها ؛ ففي عالم البنات خبايا و أسرار كُشفت لتُبهرننا حينا بصدق اللحظات و الأحزان التي تكون تحت ضغط شبح العنوسة و حلم الزواج و حينا بإحالتها لحال الأسر المغربية التي لا تزال قائمةً على أعراف و تقاليد باطلة ؛ ففي كنف أم أرملة تترعرع البنات في سجن الخوف من الآتي و القمع الذي يستنبط أساسه من المجتمع الذكوري و ما يفتئن أن يثرن بهدوء على « الحشومة » لكي يخضن في جدال يومي حول حقوق بسيطة لا زالت المرأة لم تنل منها إلا القليل.. الرجال في مسلسل « بنات للامنانة » يشبهون بروفيلات عديدة من نصفنا الثاني ؛ و هم بشخصية « عماد » و « المدنــي » قد أوجزوا ما قد تتقاطع فيه روايات عديدة لتجارب عاطفية ؛ كثيرات منا من صادفت رجالا مستهثرين و لا مسؤولين كشخصية « عماد » في تردده و شكه و تهورّه في اتخاد القرارات ..و كثيرات منا كذلك صادفن ضعف « المدنــي » و عشقه الامتلاك زوجة ثانية بأرخص التكاليف فيما يظل كلامهم المعسول و ألاعيبهم العاطفية ورقةً ضاغطة و كلنا رددنا خلف التلفاز : أن كلّ الرجال يتمسكنونَ حتى يتمكّنوا...

L’apocalypse de Jonathan – Samuel Dock Août23

L’apocalypse de Jonathan – Samuel Dock...

« L’apocalypse de Jonathan » terminé,   j’ai l’intime conviction que nous sommes  en présence d’un écrivain entré dans la cour des grands par la porte principale. On ne peut pas lire « l’Apocalypse » en attendant un taxi ou en étant assis  dans un bus en partance pour le boulot…Non,  il est nécessaire de s’installer au calme  en demandant la paix  à l’entourage. Il faut pouvoir communier avec Jonathan pour saisir la moindre de ses pensée, sensations et réflexions. Transformer les phrases si belles, écrites dans un style qui allie élégance, à  profondeur « hadopélagiale » du cerveau de Jonathan, en un monde réel fut pour moi un plaisir intense, durant lequel j’ai évolué tout le temps de ma lecture, ma besace d’émotions en bandoulière. L’œil de Jonathan est un  scanner doublé des capacités d’une IRM. Rien n’échappe à son observation sans compassion. Le monde est mis à nu, écorché, les tripes à l’air. Cette objectivité sans concession nous déconcerte un instant, mais  nous oblige à un retour  sur nous-mêmes et « sur notre monde » et là bien des vérités nous lacèrent les neurones avec violence. Jonathan, personnage hyper sensible à l’écoute de tout ce qui l’entoure, même de l’indicible  et de l’impalpable a le cerveau en surcharge, jamais au repos même la nuit lorsque son « négatif » prend la relève. Il révèle, à qui peut prendre conscience, comprendre et ressentir, ce mal être dont sont  responsables l’absurdité, l’incohérence, la cécité consentie, l’avidité et l’inconscience du comportement humain. Comportement qui nous mène vers « l’apocalypse » imminente. A maintes reprises, tout le long de ma lecture, j’ai ressenti une impression  identique à  celle que j’éprouvais quand j’étais enfant, lorsque je trempais la main dans de  l’eau si bouillante que je ne savais plus si elle était glacée ou brûlante. Ou encore en mettant mon  pied...

!لوْ كنتُ… وزيرةً للثّقافـــــة Juin13

!لوْ كنتُ… وزيرةً للثّقافـــــة...

خطر ببالي .. لو كنت وزيرة للثقافة لـــ : – لكانت مؤلفات كُتّــابنا تدخل المنهاج الدراسي داخل النصوص التعليمية و سيرة حياة كتابنا الشباب في آخر صفحة منه. -لعممت المكتبات المدرسية الفصليّة ؛ حيث كل تلميذ هو معني بقراءة قصة تدخل ضمن امتحاناته و تلخيصها و البحث عن سيرة كاتبها… -لكان لزاما عليّ أن أكتب جداريّـات الشعر و خواطر الفلاسفة في محطات القطار و وصلات الإشهار متناوبة مع « ضامات البنة « … – لعمدت لشراء تجربة ألمانيا في إنجاز مكتبات عمومية قرب محطات الطرامواي و المواصلات لتمكين المنتظرين من القراءة بدل التبركيك.. -لكان المعرض الدولي معرضا تتناوب على احتضانه المدن جميعها دون حيف أو تمييز هذا دون استثناء المعارض الجهوية بالدواوير و القرى و أن يكون للكتاب نفس قيمة الخبز و الزيت (بلا متحطموا تفاؤلي / استمروا في قراءة البرنامج )… -لدعمّت حملات « نوض تقرا » عبر تمكين الحدائق و زائريها من تخصيصها يوم الأحد للقراءة و للحملة… -لكانت الجائزة الكبرى للأدب لكاتب شاب مغمور أو لمثقف ناضل في الخفاء دون أن يحتاج لدهن أو رفاق مصالح تشجيعا لهم لإكمال مسيرة الإنتاج الأدبي… – لخصصت الطبع و النشر للمبدع الموهوب الذي لا يملك إلا قوت يومه و ليست له استطاعة لأن تتاجر فيه دور نشر خارجية… -لأمرت بإحصاء استعجالي لكلّ دور النّشر بكل المدن المغربية و العمل على إنشاء دورات و مؤتمرات وطنية و دولية للاستفادة من باقي الدول في تجربتها لكيفية الطبع و النّشر و كيفية الخروج بحلول و وصايا للنهوض بالكتاب كسلعة ذات جودة . -كنت لأحث الكُتـّـاب على فتح صالونات أدبية لخلق النقاش تطويرا للأدب و الثقافة. -لـعملت على اجتماع طارئ مع كل مندوبي وزارة ثقافتنا في كل الأقاليم الجهوية لدراسة المشاكل و العقبات التي تقف في وجه كل عمل ثقافي بمدنهم و لأمرتهم بتيسير تمكين الشباب لدور الشباب و لدعم جمعيات المجتمع المدني ثم لأن يكون لكل مندوب برنامج سنوي واضح حول...

Nod t9ra Avr26

Nod t9ra

  À l’occasion de la journée internationale du livre, le collectif « Nod t9ra », « نوض تقرا », organise, le 29 avril à 17 h, dans les villes d’Agadir, Casablanca, Errachidia, Fès, Fnideq, Marrakech, Rabat, Tétouan et Tanger, une séance de lecture collective d’une durée d’une heure. L’objectif de cette manifestation exempte de toute idéologie est de célébrer le livre en pleine rue, lui donner la place qu’il est censé occuper, faire valoir le rôle de la lecture au sein de la société. Cet évènement, qui contribuera, nous l’espérons, à briser les chaînes qui entravent la lecture au Maroc, sera ponctué d’échanges autour de nos expériences avec les livres, de nos lectures et de nos propositions. Par ailleurs, le collectif, dans le but de pérenniser ces moments de plaisir et de partage, vous proposera des rendez-vous mensuels de lecture dont le programme sera communiqué sur notre page Facebook, accessible depuis le lien suivant : https://www.facebook.com/#!/events/339109486156841/. À Casablanca, la manifestation « Nod T9ra » aura lieu place des Nations Unies, devant le tribunal de première instance. En ce qui concerne les autres villes, toutes les informations sont disponibles sur la page Facebook « Noud Te9ra ». Soyez nombreux à nous rejoindre ! Et bonnes lectures ! Collectif Nod...

Comment gagner de nouveaux lecteurs ? Fév21

Comment gagner de nouveaux lecteurs ?...

Comment faire la promotion du livre ? Inciter les Marocains à lire ? Certains esprits éclairés semblent avoir trouvé la solution. L’idée, il faut l’avouer est un peu « trash », mais parole de journaliste : ça marche très fort ! La formule a été concoctée dans un bureau obscur (ou éclairé, ça dépend de quel côté on est), dont personne ne semble connaître le fonctionnement par des personnes que personne ne connaît, qui se sont mobilisées pour les besoins de la cause. L’intelligencia du pays s’est donc réunie et voilà ce qui s’est dit : «Il faut absolument interdire quelques livres pour inciter les gens à les lire !», annonce un des protagonistes du bureau invisible. Pour certains responsables, c’était tout simplement du délire. Pour d’autres, le lecteur marocain est « malade » et a besoin d’un « traitement choc ». Le plan a été mis en place, Le dernier combat du captain Ni’mat de Mohamed Leftah jouera le rôle du héros sacrifié de l’opération suicide. (Mais bien sûr tout cela n’est qu’un jeu !). Il faut saluer la délicatesse du choix : le livre est beau, poétique, l’auteur est marocain. Même si on  peut noter quelques dysfonctionnements dans l’opération de communication, la presse a fait son travail; On a crié au scandale, hurlé à la censure, on a dénoncé, lancé une pétition….Résultat : ceux  qui n’ont pas l’habitude de lire, les passionnés de mangas et les amateurs des feuilletons à l’eau de rose se sont intéressés à ce livre, ont décidé de l’acheter et même, de le lire ! Depuis quelques mois, l’engouement a dépassé les prévisions espérées. Tous ceux qui partent en France reviennent avec le livre dans leurs bagages. Le dernier combat du captain Ni’mat est devenu une affaire de fierté nationale. Le livre a créé un vrai débat, a rassemblé… de nouvelles façons de combattre...

Où va le livre au Maroc? Fév14

Où va le livre au Maroc?...

Hormis le manuel scolaire, l’édition souffre d’une morosité chronique. Le livre n’arrive toujours pas à séduire les lecteurs potentiels en raison de la défaillance des maillons de la chaîne éditoriale, de l’étroitesse du marché, de l’absence d’une tradition de la lecture, du taux élevé d’analphabétisme, d’un enseignement où la lecture n’a pas encore de place, d’une quasi-absence de bibliothèques et de vraies émissions culturelles, absence également de formation continue des professionnels, d’une stratégie incitative de la part des pouvoirs publics, et surtout l’absence du soutien gouvernemental. En témoigne d’ailleurs la production qui ne dépasse guère les 1.000 à 1.200 titres par an pour une population de 35 millions d’habitants. Environ 2700 ouvrages, essentiellement des livres culturels et scientifiques ont été publiés entre 2002 et 2004. 31,91%, en majorité littéraires, sont publiés à compte d’auteur. Plus de 55% sont en langue arabe, 40% en français et seulement 0,53% en amazigh, avec un tirage ne dépassant pas en moyenne 1500 exemplaires. Des chiffres qui restent dérisoires face à un pays comme la France qui peut se prévaloir d’une production annuelle de 67.278 titres (2010) pour une population de 65 millions d’habitants ou l’Espagne, dont la production atteint 66.270 titres (2006) pour une population de 47 millions d’habitants. Si le livre scolaire se porte bien, il constitue pour la poignée d’éditeurs qui s’en accapare un créneau juteux. Aussi, le livre pour enfants et jeunes reste le parent pauvre de l’édition. Jusqu’en 1990, on pouvait compter 12 livres édités par an. Leur contenu était fortement dominé par l’enseignement de la morale et de la religion laissant peu de place à l’imaginaire et au ludique. L’illustration était quasiment absente ou quand elle existait, elle était en noir et blanc et de qualité médiocre. Parallèlement, nous pouvions constater une grande...

Ma révolution culturelle Fév08

Ma révolution culturelle...

Saison des poussières et de la pleine lune, journées de soleil et de révélations… Un ouvrage, une mélodie, une lettre puis des personnes… qui par leur paroles, leurs regards et leurs contact m’ont marqué et m’ont fait chambardé cette pompe à sang qu’on appelle cœur. Ils se sont adressé à moi, à mon tour de m’adresser à mon monde, à ma terre à ceux qui auront assez d’altruisme en eux pour me lire. En ces temps d’agitation, où se confronte ma génération de soldats, je me retrouve sur un champ de bataille où je fus partisane et combattante ardue.. N’ayant plus de souffle, je reviens deux pas en arrière,  le temps de respirer et de prendre du recul. Mais  que fût désolant et triste mon constat… Une guerre acharnée, où le bras de fer est de mise. De partout des messages et des idées affluent, mais tels des facteurs flemmards aucun message n’arrive à destination… Maroc, bercail doux et violent, tu bouillonnes d’énergies, de talents et de sagesse, nous te rendons très mal ton histoire, on faillit à notre devoir de reconnaissance. Une idée, un rêve tout simple, et j’y crois jusqu’à en imaginer la petite tortue  trainant sa carapace peinte par une âme pleine d’espoir. Une ouverture, un exutoire, un espace d’échange et de partage…Un loft, un garage en ruine à qui on donnera une vie par la touche et l’empreinte de tout un passant. Une cantine des ardus de culture, de partage et d’expression cherchant des espaces et des récepteurs de leurs énergies. L’espace sera aménagé, imaginé et vu par des jeunes qui s’y seront identifiés. Le but étant de créer un cercle, une communauté faite de personnes désirant donner, transmettre , voulant tendre une perche et laisser une consigne, ou tout simplement,  ...

Tout un film pour « Un film… » Déc09

Tout un film pour « Un film… »...

Retiré des salles avant même la fin de la semaine réglementaire d’exploitation, « Un film… » a créé un débat surréaliste. Retiré des salles parce que des spectateurs indignés ont été jusqu’à cracher sur des caissières à l’entrée des cinémas ! En tant que comédienne, je suis triste ; en tant que citoyenne, je suis scandalisée. Je ne brandirais aucun étendard au nom de la liberté d’expression. À mes yeux ce n’est pas de ça dont il s’agit mais de droit à l’existence. À l’heure ou le Maroc s’est dotée d’une nouvelle constitution, une frange de la population s’est octroyé un droit encore plus fort et plus pernicieux : celui d’exiger la disparition de ce qui ne lui convient pas. Je fais mon métier avec foi, dignité, franchise et fierté. Je suis prête à dialoguer, à essuyer critiques voire même compliments si c’est de mon métier dont on parle, si c’est de cinéma qu’il s’agit. Mais je ne saurais être accusée de quoi que ce soit. Je n’ai rien fait de mal. Et jamais je ne me justifierais. Jamais je ne baisserais les yeux ou m’excuserais. Le seul dogme auquel je crois en terme d’engagement politique est cette phrase de Brecht lu sur un mur un soir d’hiver : « si tu ne participes à la lutte, tu participes à la défaite ». Alors aujourd’hui, je promets à Dieu dont j’implore la miséricorde tout les jours sans m’agenouiller, je promets à mes parents qui m’ont offert de bien belles valeurs, à mes cheveux pour qui je me ruine en produits Kerastase, je promets aux livres qui m’ont fait grandir et aux concerts qui m’ont fait rêver, je promets aux garçons qui m’ont fait tourner la tête et aux filles qui m’ont donné envie de...

Il faut sauver le Captain Ni’mat ! Nov29

Il faut sauver le Captain Ni’mat !...

Dans leur temps, nos aïeux se laissaient transporter par la poésie mélodieuse d’Abu Nawass, de Cheikh Nefzaoui et de ces autres, que l’on ne connait plus dans le monde arabe depuis ses siècles de déclin intellectuel. Chez leur descendance contemporaine, une anomalie trépigne dans l’air, depuis plus d’un mois. Cherchez l’erreur dans la librairie la plus proche de vous, même dans celles que vous connaissez ou ne connaissez pas, il n’en est rien : Le dernier Combat du Captain Ni’mat est livre introuvable. L’autocensure forcée : Ouvrage posthume de Mohammed Leftah, le roman a été promu par le prix de la Mamounia en fin octobre 2011, rendant un hommage mérité à son auteur décédé en 2008, comme il ne l’a jamais reçu de son vivant. Depuis, vous vous êtes peut-être rendus à nombre de librairies pour vous procurer l’ouvrage avant rupture des stocks, sauf que vous vous êtes rendus compte que les stocks sont d’emblée inexistants. Pour cause, aucune librairie ne parvient à commander un exemplaire du livre de Leftah. Recherchez l’erreur, aucune note officielle du ministère de la Culture ni la Communication n’exige l’interdiction de l’ouvrage, qui est en revanche, depuis son apparition en 2010, un de succès de ventes en France. L’affaire est tantôt qualifiée de « futilités », tantôt passées sous silence, faisant une controverse silencieuse telle qu’aucune personnalité politique n’ose s’y aventurer, pour une raison ou pour une autre, malgré les appels à la levée de l’interdiction sur le livre. Un réserviste en rédemption : L’histoire se passe au Caire des années 2000. Le protagoniste est un réserviste égyptien à la retraite. Au dessus de ses soixante ans, il se rappelle avec remord de la défaite de l’armée égyptienne contre Israël, en 1967. Allongé au bord d’une piscine, dans la monotonie ambiante d’une vie de...

ياسين عدنان : عن المرأة و السياسة و أشياء أخرى Nov25

ياسين عدنان : عن المرأة و السياسة و أشياء أخرى...

حوار مع الشاعر و الإعلامي ياسين عدنان          لنبدأ بسؤال تقليدي حول بداياتك مع الأدب: كيف اكتشفت موهبتك في الشعر والقصة   ؟  بدايتي مع الأدب تعود إلى المرحلة الابتدائية، حيث كانت تقطن بحينا أسرة  نموذجية اتسم أبناؤها بتربية حسنة و بأخلاق حميدة. وحين اختطفت يد المنون معيلها بغثة ذات يوم ليجد أطفالها- وهم في عمر الزهور- أنفسهم أيتاما أحسست لأول مرة بمدى قسوة القدر. أحدث   هذا الحادث في نفسي وروحي جرحا غائرا، وهكذا وجدت نفسي أكتب أول قصة لي، كانت قصة هؤلاء الأطفال وقصة هذا الموت المباغت… وهكذا كانت البداية .في المرحلة الثانوية دشنت علاقتي مع الشعر، ثم شاركت وأنا في الجامعة في  مسابقة « جائزة مفدي زكرياء »  المغاربية للشعر التي تقام بالجزائر وفزت بها، فكانت الانطلاقة ليأتي اسمي أول مرة إلى المغرب من الشقيقة الجزائر      قلت في أحد تصريحاتك أن سبب قلة  البرامج الثقافية في المغرب راجع بالأساس إلى أن الثقافة ليست أولوية في بلادنا … الآن ونحن على أبواب تشكيل حكومة جديدة ، ما هي في نظرك أهم التدابير التي يجب أن تتخذ من أجل النهوض بالمجال الثقافي؟  أنا دائماً أحمل المسؤولية للسياسيين، يجب أن يفهم ممارسو السياسة ومدبرو الشأن العام  في هذا البلد أن لا أفق لديهم لبناء مجتمع عصري حديث بمعزل عن الثقافة وعن دور المثقف. فإذا ذهبنا بعيدا في التحليل، سنجد أن كل مشاكل اليوم  لها عمق ثقافي يتواطأ المجمتع المغربي لمصادرته، فمثلا عندما طرحت مشكل الرشوة مؤخرا في برنامج مشارف تساءل البعض عن علاقة هذا الموضوع بالثقافة. أنا أعتقد أن عمق الظاهرة ثقافي وحلها ثقافي بالأساس. إذ أن تغلغل ثقافة الفساد في المجتمع المغربي تحتاج إلى أكثر من الإعمال الصارم للقوانين والعقوبات الزجرية حيث يجب بلورة إستراتيجية شاملة بأضلاع تربوية ثقافية تواصلية لمواجهتها. وهنا لا يمكن الاستغناء عن الفاعل الثقافي والتربوي في مثل هذا المعركة  هذا مثال صغير فقط. لكن العديد من التحولات التي يشهدها المجتمع المغربي هي في عمقها تحولات قيم. ويجب أن يتصدى لها المثقفون...

Le combat d’Abdelatif Laâbi Nov14

Le combat d’Abdelatif Laâbi...

Combat pour la Culture est la nouvelle parution d’Abdellatif Laâbi aux éditions Marsam. L’ouvrage, présenté à Rabat pour la rentrée littéraire de la librairie Kalila wa Dimna, rassemble les productions publiées par l’auteur dans de nombreuses parutions, entre 1984 et 2010. Moralité : un débat national sur la Culture s’impose, l’ouvrage étant une bonne raison de plus. « Les Marocains sont en passe de devenir des frustrés de la culture ». Le constat fait par Abdellatif Laâbi date du milieu des années 1990. Depuis, les Marocains ont assisté à la fermeture des rares salles de cinéma encore en service, les unes après les autres, à des planches de théâtre de plus en plus délaissées, avant que le budget destiné au ministère de la Culture ne soit le plus maigre parmi tous. Puis sont venus des festivals, aussi féériques les uns que les autres, dépassant largement pour certains le budget annuel du ministère de tutelle, recalant du fait la pratique culturelle au saisonnier, à l’occasionnel et au temporaire, sans une continuité quelconque… La priorité est à la sécurité, à la santé, à l’éducation, au rasage des bidonvilles. « La culture n’est pas une priorité », a entendu Qandisha de la bouche d’un ministre, sur une radio privée. Qandisha n’hallucine pas. Quelques jours après, elle ouvre son journal et lit le même ministre de la jeunesse et des sports, dans un entretien : « le programme Livre pour Tous n’est pas la priorité de mon ministère. » alors qu’il relève effectivement de son bureau. De toutes les manières, le ministre de Qandisha est à la fin de son mandat. A la veille des élections législatives, il quittera son poste sans un compte à rendre, laissant des dossiers suspendus jusqu’à nouvel ordre. Il faut sauver « le...